Plainte pour viol contre Luc Besson: l'accusatrice Sand Van Roy témoigne

JUSTICE L'actrice Sand Van Roy (Taxi 5), qui avait déposé plainte en mai contre Luc Besson, a renouvelé ses accusations de viol contre le réalisateur...

Jeremy Vial

— 

Luc Besson fait l'objet d'une plainte pour viol depuis la mi-mai.
Luc Besson fait l'objet d'une plainte pour viol depuis la mi-mai. — ALBERTO PIZZOLI / AFP

« J’avais peur de mourir ». Ce mercredi, au micro de BFM TV et en présence de son avocate, maître Carine Durrieu Diebolt, Sand Van Roy a renouvelé ses accusations de viol à l’encontre du réalisateur Luc Besson. La comédienne belgo-néerlandaise, qui était au casting du dernier volet de la saga Taxi, avait accordé, il y a quelques jours, un long entretien à France Info. A BFMTV, cette dernière est revenue sur la nuit qu’elle aurait passée avec le réalisateur, à l’hôtel Bristol à Paris.

>> A lire aussi : VIDEO. Violences sexuelles: Plusieurs femmes témoignent contre Luc Besson

Ainsi, la victime présumée, qui a déposé plainte contre Luc Besson, affirme que, dans la nuit du 17 au 18 mai, le réalisateur « (lui) a imposé des actes sexuels très humiliants » alors qu’elle avait « montré (son) dégoût ». Elle y décrit une situation d’emprise professionnelle, qui n’est pas sans rappeler les témoignages de femmes à l’encontre du réalisateur américain Harvey Weinstein. « J’avais peur de mourir, ça n’était jamais allé aussi loin, assure Sand Van Roy. C’était crescendo. Et même le lendemain, j’avais tellement de douleurs que je suis tombée dans les pommes. Et quand c’est aussi violent, ça s’appelle un viol. »

D’autres témoignages

Dans cette affaire, la comédienne, qui avait rencontré Luc Besson sur le tournage du film Valérian et la Cité des mille planètes en 2015, a été entendue à deux reprises par les enquêteurs. D'autres femmes ont témoigné des agissements présumées du réalisateur. A ce jour, Luc Besson, n’a pas encore été interrogé et a fait savoir, par la voix de son avocat Thierry Marembert, qu’il « démentait catégoriquement ces accusations fantaisistes ».