Plusieurs artistes américains manifestent contre la détention d'enfants de migrants

POLEMIQUE Les actrices Amber Heard et Lena Dunham, ou bien encore la chanteuse Sia ont fait part de leur colère au Texas...

20 Minutes avec agences

— 

Une militante en faveur des droits de l'homme manifeste le 24 juin 2018 à Tornillo, Texas, ville-frontière entre les Etats-Unis et le Mexique
Une militante en faveur des droits de l'homme manifeste le 24 juin 2018 à Tornillo, Texas, ville-frontière entre les Etats-Unis et le Mexique — JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les actrices Amber Heard, Lena Dunham et Bella Thorne étaient dimanche dernier devant un centre de détentions pour migrants mineurs installé à la frontière du Texas et du Mexique, dans la ville de Tornillo.

Law is meant to protect and defend justice, not destroy it.

A post shared by Amber Heard (@amberheard) on

La créatrice de la série Girls manifestait en compagnie d’autres stars comme Joshua Jackson, Sia et Mira Sorvino, contre l’enfermement des enfants qui ont été séparés de leur famille après leur entrée sur le sol américain.

« Nous sommes venus à Tornillo, au Texas, pour montrer notre solidarité avec les familles qui ont été séparées, les enfants qui sont seuls, les parents qui sont en deuil et les Américains sans papiers qui perdent plus que ce que je peux imaginer. Merci à Tornillo de nous avoir offert un accueil chaleureux à la frontière et de nous rappeler que nous sommes debout, ensemble », a indiqué Lena Dunham sur son compte Instagram.

Pas une colonie de vacances

La chanteuse Sia a elle aussi partagé des photos de l’événement, demandant à ses fans de participer à une collecte de fonds pour l’organisme Votolatino qui organisait le meeting.

De son côté, l’acteur Joshua Jackson a évoqué les conditions de vie indécentes des enfants enfermés sans leur famille.

« Des centaines d’enfants sont détenus sous des tentes. Il fait presque 37,7 degrés ici. Ce n’est pas une colonie de vacances. Ce ne sont pas des conditions acceptables pour les enfants. C’est une crise humanitaire dont nous sommes responsables », a-t-il expliqué.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Des maires se réunissent à la frontière mexicaine pour protester contre la politique «cruelle» de Trump