VIDEO. Mariage princier: «Il ne pleure pas, il a de la crème solaire dans les yeux»

REPORTAGE Des centaines de milliers de personnes ont été témoins de l’union du prince Harry et de Meghan Markle…

Mathilde Cousin
— 
Le prince Harry et Meghan Markle saluent la foule venue célébrée leur mariage.
Le prince Harry et Meghan Markle saluent la foule venue célébrée leur mariage. — Emilio Morenatti / Sipa
  • La petite ville de Windsor a été chamboulée ce samedi avec la tenue du « mariage de la décennie » entre Meghan Markle et le prince Harry.
  • De nombreux Américains étaient venus pour l’occasion.
  • Des larmes ont coulé sur les joues des Anglais qui étaient venus voir le nouveau couple.

De notre envoyée spéciale à Windsor,

Ce samedi matin, l’Union jack est absolument partout à Windsor. La petite ville, qui abrite une résidence royale, accueille le mariage du prince Harry et de Meghan Markle. Des vendeurs ambulants appâtent les curieux avec des drapeaux et des écharpes à l’effigie du couple princier. L’ambiance est détendue et bon enfant sous un vif soleil : les policiers plaisantent avec les jeunes qui vendent des sucreries au profit d’associations, tandis que les curieux se dirigent tranquillement vers le château, dans l’espoir d’apercevoir plus tard Harry et Meghan.


Venus en train, Toby et Izzy, un jeune couple originaire du Devon, sont sur leur 31 : costume pour monsieur, robe à fleurs pour madame. Toby, qui est apprenti, fait partie des 1.200 citoyens qui ont reçu une invitation pour assister au mariage royal depuis les pelouses du château. Les 600 places de la chapelle Saint-George sont réservées aux proches du prince Harry et de Meghan Markle. « Cette invitation était totalement inattendue, confie Toby. J’ai reçu un coup de fil et ensuite l’invitation est arrivée dans une enveloppe toute simple. » Si vous n’avez vu aucune de ces invitations sur les réseaux sociaux, c’est normal : les invités ont interdiction de la photographier, sécurité oblige.


Arrivé à Windsor, le jeune couple est pris en charge avec une dizaine d’autres invités, direction le château. Pour les autres, qui débarquent nombreux dans les deux gares de la ville, il faut marcher à travers les rues cossues de la ville pour rejoindre le parcours qu’empruntera la calèche du fils du prince Charles et de l’actrice américaine après leur mariage.

Un chapeau pour la cérémonie

De nombreux compatriotes de Meghan Markle ont fait le déplacement, comme Bethany, venue de Chicago avec sa compagne. Vêtue d’une robe fleurie, d’un gilet noir et d’un chapeau de cérémonie, la quadra est l’image de l’élégance. « En arrivant à Londres, on est allées acheter les robes et les chapeaux », détaille-t-elle. Sur son téléphone, elle patiente en discutant avec sa sœur, qui est devant sa télé pour suivre l’événement, qui tombe très tôt aux Etats-Unis. L’Américaine est bien sûr admirative de Meghan, « qui a étudié à Chicago », rappelle-t-elle.


Quelques centaines de mètres plus haut, la foule se fait plus dense à mesure que l’on se rapproche du château. Le bruit d’une cloche attire l’attention : il s’agit de Tony Appleton, ce Britannique qui se déguise en crieur et annonce chaque événement royal. Sa dernière apparition publique remonte à la naissance de Louis, le fils de Kate et William. De bonne grâce, il donne de la voix pour annoncer le mariage princier et divertit les curieux, dont certains attendent depuis des heures.


C’est le cas de Meghan et de sa tante Laura, qui patientent depuis 4 h 15 du matin. « J’adore la famille royale et je veux vraiment voir la reine », explique Meghan, plusieurs petits drapeaux à la main, qui assiste là à son premier événement royal. Les deux femmes sont aux premières loges pour écouter l’orchestre de la garde royale, qui joue le God save the Queen et des tubes pendant que les invités arrivent au mariage.


Sur des écrans géants

Pour suivre la cérémonie, les fans venus à Windsor ont deux choix : la regarder sur leur téléphone ou bien se diriger vers la Long Walk, la longue avenue qui mène vers le château, où sont installés plusieurs écrans géants. Ils sont nombreux à avoir fait ce choix. Sous un soleil de plomb, une imposante foule s’étire le long de l’avenue, en agitant des Union Jack.


David, lui, a carrément dormi sur place pour être au premier rang et face à un écran. Ce père de famille britannique est venu sans sa femme et ses jeunes enfants, restés à la maison à Bristol. Ils sont plusieurs à avoir fait comme lui et ont vite sympathisé, liés par l’amour de la patrie et de la famille royale.

« Je ne voulais pas rater ça »

Quand Doria Ragland, la mère de la mariée, et le prince Harry laissent échapper quelques larmes, les yeux de David se mouillent. Ceux de sa voisine aussi, qui plaisante : « Il ne pleure pas, il a de la crème solaire dans les yeux ». « Je suis allé au dernier mariage [celui de Kate et William en 2011], mais je n’avais pas vu grand-chose, se souvient David. Cette fois-ci, je ne voulais pas rater ça. » Prévoyant, il a prévu un marchepied pour mieux filmer le carrosse du couple.

Et quand enfin les jeunes mariés passent devant lui, David n’en perd pas une miette, enregistrant le moment historique sur sa tablette. Visiblement ravi et touché par la cérémonie, David l’a trouvée « très plaisante et sympathique ». Il regrette seulement le sermon de Michael Curry, un évêque américain, qu’il a trouvé « interminable ». Peut-être trop américain pour ce Britannique ?