VIDEO. Mariage princier: «C'est encore le contribuable britannique qui va payer», déplore une Londonienne

TEMOIGNAGES « 20 Minutes » a sondé des Londoniens pour connaître ce qu’ils pensent du mariage, à la veille du grand jour…

Mathilde Cousin et Clio Weickert
— 
Le mariage de Meghan et Harry passionne-t-il les Londoniens?
Le mariage de Meghan et Harry passionne-t-il les Londoniens? — Shutterstock/SIPA

De nos envoyées spéciales à Londres,

Impossible de passer à côté de cet événement, que certains qualifient déjà de « mariage de la décennie ». Samedi à midi, Meghan Markle épousera le prince Harry, et deviendra par la même occasion un membre de la famille royale. En Angleterre, les tabloïds ne parlent que de cela, et les chaînes d’info tournent en boucle et épient les moindres faits et gestes des futurs mariés. Mais qu’en pensent les Londoniens ? Ne dorment-ils plus la nuit, attendant avec impatience the « D-Day » ? Ou au contraire, n’en ont-ils rien à carrer de ce mariage princier ? A Londres, 20 Minutes en a sondé quelques-uns dans le quartier de Bayswater, à quelques encablures de Kensington Palace.

« Je suis Brésilien et je ne comprends même pas pourquoi il y a une famille royale »

Si les médias britanniques semblent retenir leur souffle, ce n’est pas du tout le cas de Fabio, un avocat de 26 ans. « Je ne suis pas du tout les infos sur ce mariage, explique-t-il, je suis Brésilien et je ne comprends même pas pourquoi il y a une famille royale. » Quant à la star de demain, Meghan Markle, il ne la connaît que parce qu’il l’a vue dans Suits, la série qui a révélé la jeune femme.

Allan (prénom modifié), un chauffeur de 65 ans, est beaucoup plus catégorique. « Je ne porte aucun intérêt à ce mariage, qu’a-t-il de si spécial ? Je pense qu’on devrait se débarrasser de la monarchie : c’est archaïque et c’est un coût dont se passerait bien la société ! » Allan ne semble donc pas porter Elizabeth dans son cœur…

« C’est encore le contribuable britannique qui va payer »

Aliz, 38 ans, qui travaille dans les ressources humaines, aurait montré plus d’entrain pour ce mariage, « si la journée avait été décrétée jour férié », comme cela avait été le cas pour le mariage de Kate et William en 2011. « Je ne suis pas royaliste, c’est encore le contribuable britannique qui va payer », déplore-t-elle, non sans montrer un intérêt certain pour les préparatifs du mariage, et surtout la future mariée. « Meghan est très moderne, je suis vraiment désolée de ce qui lui est arrivé cette semaine au sujet de son père [à cause de problèmes de santé, il ne se rendra pas au mariage], et j’espère qu’elle passera quand même une bonne journée demain ».

Pinella, discrète sur son âge, se dit « surprise que les vieilles barrières soient tombées ». Selon elle, « ce mariage aurait été impossible il y a 20 ou 30 ans ». Une révolution de palais qui ne bouleverse donc pas excessivement les Londoniens. Pinella, quant à elle, n’a pas annulé son lunch du samedi midi.