VIDEO. Whitney Houston a été abusée sexuellement par sa cousine selon un documentaire projeté à Cannes

REVELATION C’est ce que révèle un nouveau documentaire, « Whitney », présenté au Festival de Cannes…

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse défunte Whitney Houston
La chanteuse défunte Whitney Houston — WENN
  • Whitney Houson est décédée en 2012 en se noyant dans la baignoire de sa chambre d’hôtel à Beverly Hills.
  • Le documentaire « Whitney » révèle qui a abusé sexuellement de la chanteuse.
  • Le réalisateur a longuement hésité avant de dévoiler son nom.

Tout n’était pas rose dans la vie de la chanteuse Whitney Houston, que ce soit son mariage violent avec Bobby Brown ou bien son addiction à la drogue, mais personne n’avait encore révélé le drame de son enfance. La chanteuse a été abusée sexuellement quand elle était enfant et c’est ce que dévoile le documentaire Whitney, réalisé par Kevin Macdonald, et présenté hier au Festival de Cannes.

« A force de regarder des interviews qui parlaient d’ell et des vidéos d’elle, j’avais l’impression que quelque chose n’allait pas. (…) Ça me rappelait les personnes ayant souffert d’abus que j’ai rencontré, leur langage corporel et la façon dont ils donnent l’impression de retenir quelque chose… Puis quelqu’un m’en a fait part hors caméra », a-t-il confié à Deadline.

Longue réflexion

C’est finalement le frère de Whitney Houston, Gary, et sa femme, Pat Houston, manageuse de la chanteuse, qui ont accepté de parler officiellement. Gary affirme avoir lui aussi été abusé sexuellement dans son enfance par la même personne. Il a désigné Dee Dee Warwick, leur cousine et sœur de la chanteuse Dionne Warwick. « J’ai ensuite (interviewé) Mary Jones, qui était l’assistante de toujours de Whitney… Elle m’a expliqué le point de vue de Whitney à ce sujet, que Whitney lui avait tout raconté en détail, et combien c’était important selon elle pour comprendre Whitney, mais également combien tout le monde était terrifié à l’idée d’en parler », a ajouté le cinéaste.

Loin de vouloir faire dans le sensationnalisme, le réalisateur a longuement hésité avant d’inclure cette révélation dans le documentaire, d’autant que Dee Dee Warwick est décédée en 2008 et ne peut donc pas se défendre. « Au final, nous avions trois personnes différentes qui nous ont raconté la même histoire. L’une d’elles, Gary, a aussi été abusée, donc nous avons eu le sentiment que nous avions un témoignage direct de quelqu’un disant ‘’ça m’est arrivé’’, ce qui signifie que, même en poussant le vice très loin en imaginant que Whitney avait menti à tout le monde, il n’y avait pas de raison de ne pas le dévoiler », a-t-il expliqué.