Procès de Bill Cosby: Les délibérations du jury ont repris

JUSTICE L’objectif est de se prononcer à l’unanimité sur la culpabilité ou non de l’acteur américain…

20 Minutes avec AFP

— 

Bill Cosby
Bill Cosby — WENN

Après deux semaines et demie de débats, le jury a repris jeudi ses délibérations au procès de Bill Cosby, avec l’objectif de se prononcer à l’unanimité sur la culpabilité ou non de l’acteur américain. Longtemps considéré comme une figure morale, l’acteur est accusé d’avoir agressé sexuellement l’ancienne basketteuse professionnelle Andrea Constand à son domicile en janvier 2004, après lui avoir fait avaler un puissant sédatif.

Jusqu’à 30 ans de prison

S’il est reconnu coupable des trois chefs d’accusation retenus contre lui (pénétration sans consentement, en état d’inconscience de la victime et après avoir administré des médicaments), Bill Cosby, âgé de 80 ans, risque jusqu’à 30 ans de prison. En juin 2017, à l’issue de 52 heures de délibérations, le jury du premier procès de Bill Cosby n’avait pu se prononcer à l’unanimité, entraînant son annulation.

Mercredi, le jury, composé de sept hommes et cinq femmes, a délibéré pendant plus de dix heures à Norriston, près de Philadelphie, en Pennsylvanie. Le juge Steven O’Neill a invité les jurés à ne pas tirer de conclusion sur la culpabilité éventuelle de Bill Cosby du fait qu'il n'avait pas souhaité témoigner durant son procès. Le magistrat a également rappelé que les jurés ne devaient se prononcer que sur les faits présumés relatifs à Andrea Constand et non sur les agressions sexuelles présumées sur les cinq autres femmes qui ont témoigné contre Bill Cosby au procès.

Deux visions d’un même dossier

Il a aussi expliqué que le délai entre les faits présumés et le dépôt de plainte d’Andrea Constand, soit un peu plus d’un an, n’était pas pertinent pour juger de la culpabilité ou non du créateur du Cosby Show. Mardi, à l’occasion des plaidoiries, deux visions d’un même dossier se sont affrontées, la défense présentant Andrea Constand comme une « menteuse pathologique », tandis que l’accusation a dépeint Bill Cosby comme un manipulateur et un prédateur sexuel.