VIDEO. «Brigitte Macron ne veut surtout pas être étiquetée»... Qu'est-ce qui fascine autant chez la Première dame?

INTERVIEW Si ses faits et gestes sont constamment épiés, la femme d’Emmanuel Macron inspire aussi des auteures de bande dessinée…

Propos recueillis par Clio Weickert

— 

Brigitte Macron, véritable objet de fascination?
Brigitte Macron, véritable objet de fascination? — Stephane Lemouton-POOL/SIPA
  • Brigitte Macron sera bientôt au cœur d’une bande dessinée.
  • « 20 Minutes » s’est penché sur la fascination qu’inspirait la Première dame.

Elle en arrive parfois à éclipser son président de mari. Depuis la campagne présidentielle, Brigitte Macron, la compagne du chef de l’Etat, attire tous les regards. Propos, coiffures, tenues, accessoires… Les faits et gestes de la Première dame de France sont épiés, et le moindre événement de sa vie, disséqué. Les magazines féminins et people notamment, lui consacrent des Unes, et s’extasient sans cesse devant son élégance et son attitude irréprochable. Mais ce n’est pas tout. Brigitte Macron se transforme parfois aussi en muse.

Comme l’a révélé Le Parisien ce jeudi, la romancière Gaël Tchakaloff prépare actuellement une bande dessinée autour de la femme d’Emmanuel Macron, qui devrait se pencher sur « les vingt-quatre heures dans la vie de la première dame ». Mais pourquoi Brigitte Macron fascine-t-elle autant ? Caroline Derrien, journaliste indépendante et coauteure du livre Les Macron aux éditions Fayard (qui sortira en poche le 2 mai pour les un an du président à l’Elysée), a répondu aux questions de 20 Minutes.

Comment expliquez-vous cette fascination pour Brigitte Macron ?

Je pense qu’elle fascine parce qu’elle ressemble à beaucoup de femmes françaises, tout en étant très différente, singulière. C’est une mère qui a une profession, qui a été enseignante, qui a des enfants et des petits-enfants, elle peut incarner quelque chose d’assez traditionnel, et en même temps quelque chose de totalement libre. Il y avait quelque chose de véritablement transgressif dans le choix qu’elle avait fait à l’époque d’épouser un homme qui a 24 ans de moins qu’elle. Le parcours de Brigitte Macron est très singulier, à part. Elle a l’apparence d’être comme tout le monde, alors qu’en réalité son parcours démontre qu’elle ne l’est pas. Elle incarne ce paradoxe d’être à la fois une femme française qui a accompli beaucoup de choses dans sa vie, et en même temps, une modernité incroyable, très libre. C’est aussi quelqu’un qui a une très grande capacité d’adaptation. Les Français ont pu se rendre compte à quel point c’était une femme libre, à l’aise, capable d’échanger avec le couple Trump ou d’aller voir une association de femmes en banlieue dans le 93, tout ça avec une forme de spontanéité et d’aisance qui est rare finalement.

Se différencie-t-elle des Premières dames précédentes ?

Beaucoup de Premières dames ont quand même été corsetées, chacune dans un genre différent. Brigitte Macron dénote par une liberté de ton, et je pense qu’elle n’est pas l’ombre de son mari. Elle a une existence, en tant que telle. Elle semble très heureuse d’être là où elle est, et en même temps, on sent dans son discours, dès qu’elle s’exprime, qu’elle veut toujours bien montrer qu’elle n’est pas grisée par tout ça, qu’elle a les pieds sur terre. Elle est extrêmement impliquée sur les questions de l’enfance, du handicap, de l’éducation, c’est quelqu’un qui veut vraiment ancrer son expérience de femme, d’enseignante, au service des Français. Et ça va certainement s’accélérer. Il n’y a aucun doute pour les observateurs qu’elle va chercher, non pas à empiéter sur un terrain politique, mais à prendre sa part de responsabilités dans des engagements.

Son apparence et ses tenues font l’objet d’une certaine fascination aussi, la presse féminine et people décortiquent sans cesse ce qu’elle porte…

Peut-être qu’en creux on peut y voir une forme de maladresse, comme si on surinvestissait d’autant plus la question vestimentaire, et la question du look, au vu de l’âge qu’elle a. On l’a toujours fait pour les Premières dames, mais peut-être, comme il y a cette différence d’âge dans le couple, les regards sont braqués sur elle. Et elle donne le change. Tous les photographes de la campagne qu’on avait rencontrés pour le livre Les Macron, nous ont dit combien elle aimait jouer avec les objectifs. C’est quelqu’un qui travaille beaucoup sur son corps, elle s’astreint à une discipline de vie assez forte, donc elle est probablement très soucieuse de son apparence et de l’image qu’elle renvoie. Et les médias lui renvoient aussi ça.

Au final, qu’incarne-t-elle qui plaît tant ?

Je pense qu’elle réjouit beaucoup les femmes. Elle leur montre qu’on n’est pas enfermé dans un rôle. Brigitte Macron ne veut surtout pas être étiquetée. Elle déteste la norme, et je crois qu’elle n’est pas mécontente d’avoir cette capacité à incarner à la fois la femme française, mère, grand-mère, et en même temps une femme séduisante, dont on oublie l’âge, et qui veut transcender un peu tout ça. Elle renvoie à la face du monde "j’ai peut-être l’âge que j’ai, mais regardez, je suis en mouvement, je m’intéresse aux Français, aux questions d’éducation, et j’ai un homme plus jeune que moi, et nous nous aimons". C’est puissant comme message. C’est l’apparence de la normalité, mais en même temps c’est très singulier.