VIDEO. «Si Meghan Markle a un problème avec l'alcool, alors la plupart des Français en ont un aussi», selon le biographe Andrew Morton

INTERVIEW Après Lady Diana («Diana, sa vraie histoire»), Andrew Morton s’intéresse à celle qui épousera son fils cadet Harry, l'Américaine Meghan Markle…

Propos recueillis par Clio Weickert

— 

Andrew Morton dissèque la vie de Meghan Markle dans «Meghan: de Hollywood à Buckingham avec le prince Harry».
Andrew Morton dissèque la vie de Meghan Markle dans «Meghan: de Hollywood à Buckingham avec le prince Harry». — Tim Rooke/Shutterstock/SIPA

Après  Lady Di, Tom Cruise ou encore Angelina Jolie, Andrew Morton s’attaque à Meghan Markle. Dans quelques jours, l’Américaine de 36 ans dira oui au célibataire jadis le plus convoité d’Europe :   le prince Harry. « Il faut être une fille très spéciale pour souhaiter devenir une princesse », écrit Andrew Morton dans la biographie non autorisée qu’il consacre à la jeune femme, intitulée Meghan : de Hollywood à Buckingham avec le prince Harry (disponible le 3 mai, aux éditions Hugo Doc). En 360 pages, le biographe dissèque le parcours de la future princesse, de sa naissance à son entrée dans la famille royale britannique.

«Meghan, de Hollywood à Buckingham avec le Prince Harry», d'Andrew Morton, sort le 3 mai.
«Meghan, de Hollywood à Buckingham avec le Prince Harry», d'Andrew Morton, sort le 3 mai. - Hugo Doc

Andrew Morton revient sur ses origines (sa mère est afro-américaine et son père d’origine irlando-hollandaise), sur ses histoires d’amour passées et son divorce, son rôle de Rachel Zane dans la série Suits, ou encore son engagement pour la cause humanitaire, pour le droit des femmes, et sa lutte contre le racisme. 20 Minutes a interviewé Andrew Morton, l’homme qui a tenté de percer le mystère Meghan Markle.

Quand et pourquoi avez-vous commencé vos recherches sur Meghan ? Ses proches ont-ils accepté facilement de témoigner ?

Je suis marié à une Californienne et pendant une partie de l’année, je vis à Pasadena, en dehors du centre-ville de Los Angeles. C’est là où Meghan a joué dans des pièces de théâtre, où son ancien petit ami vit et où elle a appris à boire du thé. J’ai commencé mes recherches quand la nouvelle de sa relation avec Harry a été annoncée en novembre 2016. J’ai commencé à accumuler des témoignages et des photos de personnes qui l’avaient connue à Pasadena. Je me suis rendu ensuite dans la ville de Grants Pass dans l’Oregon pour rencontrer son demi-frère Tom et d’autres membres de sa famille. Tous n’ont pas accepté de témoigner, mais certains l’ont fait.

Pourquoi Meghan a-t-elle notamment refusé de le faire ?

Une fois l’annonce de leur relation et quand le couple l’a officialisée dans une interview, il a été clair que ni Meghan ni Harry ne donneraient d’autres entretiens.

A-t-elle eu le droit ou le désir de lire votre livre ?

Elle a bien sûr le droit, et j’espère qu’elle le lira. On lui avait offert un exemplaire de mon livre sur Diana, et elle l’avait conservée dans sa bibliothèque à Los Angeles, puis à Toronto. Si elle lit cette biographie sur elle, elle découvrira un portrait positif et perspicace de sa vie.

Dans ce livre, vous écrivez, « Il faut être une fille très spéciale pour souhaiter devenir une princesse ». En quoi Meghan est-elle « une fille très spéciale » selon vous ?

C’est une femme moderne qui a réussi, et qui a toujours essayé de changer les choses depuis sa jeunesse. Elle a toujours eu une boussole morale, et cette force intérieure et cet engagement seront précieux au sein de la famille royale.

L’acceptation de cette jeune Américaine, métisse, divorcée, c’est une révolution pour la famille royale ?

Le divorce est désormais monnaie courante au sein de la famille royale, donc ce n’est plus aussi révolutionnaire que ça l’a été par le passé. Mais le fait qu’elle soit métisse, divorcée et américaine, fait d’elle une personne unique. Elle montre que la famille royale est plus en phase avec le monde actuel et la Grande-Bretagne moderne et multiculturelle.

Pensez-vous qu’elle peut jouer un rôle majeur au sein de cette famille ?

Meghan fait désormais partie des « Fab Four » (les « quatre fabuleux »), constitués de Harry, William, Kate et elle. Ils façonneront la famille royale pour les futures générations. Meghan se concentrera sur la question des droits des femmes. Elle envisage son nouveau rôle comme un modèle et elle a un grand rôle à jouer pour définir ce que sera la famille royale à l’avenir.

Pensez-vous que les Anglais l’ont déjà adoptée ?

Elle est déjà un trésor national et pour beaucoup c’est comme si elle l’avait toujours été. Elle doit encore prendre ses marques mais jusqu’à présent, elle semble bien adaptée à cette vie au sein de la famille royale.

Dans ce livre, vous faites beaucoup référence au fait que Meghan aime faire la fête et aime le bon vin, elle semble souvent avoir un verre à la main… Pensez-vous qu’elle a un problème avec l’alcool ?

Elle en parle elle-même. Ne serait-ce que le nom de son blog, The Tig, a été nommé comme cela en référence à une bouteille de vin. Elle est très française, toujours avec un verre de vin pendant les repas. C’est une manière raffinée de se comporter. Si elle a un problème avec l’alcool, alors la plupart des Français en ont un aussi.

Mais alors pensez-vous que c’est ce penchant pour la fête qui a séduit Harry, et vice versa ?

Beaucoup de choses ont séduit Harry : son sens de l’humour, son intelligence, sa beauté, et son sens de l’amusement. C’est une dame convenable.

 

Pour intégrer la famille royale, Meghan a dû fermer son blog, son compte Instagram et mettre un terme à ses engagements humanitaires. Ce sont énormément de sacrifices pour elle, non ?

Trop. Elle devrait rouvrir ses comptes sur les réseaux sociaux après le mariage, et donner à ses nombreux fans un aperçu des problèmes et des préoccupations qui la touchent. Une autre Américaine, Sarah Butler, est mariée à un prince Jordanien. C’est la princesse Zeid. Elle a un compte Twitter sur lequel elle parle du droit des femmes. Meghan pourrait faire la même chose.

Enfin, c’est une femme qui aime donner son opinion et défendre des causes, pensez-vous que la famille royale la laissera faire et lui laissera assez de liberté ?

C’est la grande question. Elle a toujours été une joueuse d’équipe. Donc elle suivra le mouvement pour l’instant mais un jour elle voudra peut-être s’exprimer sur la question du droit des femmes.

>> A lire aussi : VIDEO. Qui est Meghan Markle, la fiancée du prince Harry?

>> A lire aussi : Meghan Markle se marie ce soir... dans la série «Suits»