Battue, humiliée, violée, et séquestrée, une nouvelle victime de R. Kelly témoigne à son tour

GOUROU Plusieurs jeunes femmes accusent le chanteur d’avoir créé une secte dans laquelle R.Kelly se comporte en gourou et prédateur sexuel…

B.Ch.
— 
R. Kelly le 3 mars 2017
R. Kelly le 3 mars 2017 — Cordeiro/Shutterstock/SIPA

Le récit est glaçant. Trois mois après la révélation par Buzzfeed de nombreux témoignages de jeunes femmes accusant R.Kelly de les avoir embrigadées dans une secte, le magazine Rolling Stone publie le récit de Kitty Jones.

Ex-fan de R. Kelly, cette jeune mère a rencontré son idole en juin 2011 à l’issue d’un concert. L’artiste l’a alors pris sous sa coupe. Au terme de plusieurs messages échangés, R. Kelly parvient à la convaincre de venir s’installer dans un de ses appartements, à Chicago. Là, Kitty Jones va connaître l’horreur : des mois « d’abus physiques, de contraintes sexuelles, de manipulations émotionnelles et de règles draconiennes qui dictaient presque chaque aspect de sa vie », écrit Rolling Stone.

R. Kelly filmait tout

Manipulateur et violent, R. Kelly dispose d’un « harem » selon Buzzfeed. Kitty Jones raconte que le chanteur a installé plusieurs jeunes femmes dans ses différentes demeures et se fait appeler « Papa » par elles. Frappée à de nombreuses reprises, Kitty Jones est également régulièrement « punie » si elle rechigne aux ordres. Elle pouvait être enfermée et affamée pendant plusieurs jours.

Comme d’autres victimes de R. Kelly, Kitty Jones affirme que R. Kelly filmait ses actes sexuels, y compris les viols. « Parfois, il nous force à regarder ce qu’il a fait à d’autres filles. Il se masturbait en regardant ces vidéos et il nous forçait ensuite à lui faire une fellation pendant qu’il regardait ce qu’il a fait à quelqu’un d’autre sur son iPad », a-t-elle raconté.

« Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre »

Kitty Jones a fui en septembre 2013 en prétextant une visite à son fils, installé en Europe avec son père. L’article de Buzzfeed lui a donné le courage de témoigner, même si R. Kelly a tenté de l’en dissuader lors d’une conversation téléphonique. « Il m’a dit : "Si quelqu’un vient te voir pour te demander comment je t’ai traitée, tu ne peux pas dire que je ne t’ai pas bien traitée… Tu avais un toit au-dessus de la tête. Je t’emmenais faire du shopping. Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre". J’étais épouvantée lorsqu’il me parlait. Il pense vraiment qu’il m’a fait une faveur. Il ne voit pas qu’il a détruit des gens. »


R. Kelly filmait tout

Manipulateur et violent, R. Kelly dispose d’un « harem » selon Buzzfeed. Kitty Jones raconte que le chanteur a installé plusieurs jeunes femmes dans ses différentes demeures et se fait appeler « Papa » par elles. Frappée à de nombreuses reprises, Kitty Jones est également régulièrement « punie » si elle rechigne aux ordres. Elle pouvait être enfermée et affamée pendant plusieurs jours.

Comme d’autres victimes de R. Kelly, Kitty Jones affirme que R. Kelly filmait ses actes sexuels, y compris les viols. « Parfois, il nous force à regarder ce qu’il a fait à d’autres filles. Il se masturbait en regardant ces vidéos et il nous forçait ensuite à lui faire une fellation pendant qu’il regardait ce qu’il a fait à quelqu’un d’autre sur son iPad », a-t-elle raconté.

« Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre »

Kitty Jones a fui en septembre 2013 en prétextant une visite à son fils, installé en Europe avec son père. L’article de Buzzfeed lui a donné le courage de témoigner, même si R. Kelly a tenté de l’en dissuader lors d’une conversation téléphonique. « Il m’a dit : "Si quelqu’un vient te voir pour te demander comment je t’ai traitée, tu ne peux pas dire que je ne t’ai pas bien traitée… Tu avais un toit au-dessus de la tête. Je t’emmenais faire du shopping. Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre". J’étais épouvantée lorsqu’il me parlait. Il pense vraiment qu’il m’a fait une faveur. Il ne voit pas qu’il a détruit des gens. »

dans ses différentes demeures

R. Kelly filmait tout

Manipulateur et violent, R. Kelly dispose d’un « harem » selon Buzzfeed. Kitty Jones raconte que le chanteur a installé plusieurs jeunes femmes dans ses différentes demeures et se fait appeler « Papa » par elles. Frappée à de nombreuses reprises, Kitty Jones est également régulièrement « punie » si elle rechigne aux ordres. Elle pouvait être enfermée et affamée pendant plusieurs jours.

Comme d’autres victimes de R. Kelly, Kitty Jones affirme que R. Kelly filmait ses actes sexuels, y compris les viols. « Parfois, il nous force à regarder ce qu’il a fait à d’autres filles. Il se masturbait en regardant ces vidéos et il nous forçait ensuite à lui faire une fellation pendant qu’il regardait ce qu’il a fait à quelqu’un d’autre sur son iPad », a-t-elle raconté.

« Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre »

Kitty Jones a fui en septembre 2013 en prétextant une visite à son fils, installé en Europe avec son père. L’article de Buzzfeed lui a donné le courage de témoigner, même si R. Kelly a tenté de l’en dissuader lors d’une conversation téléphonique. « Il m’a dit : "Si quelqu’un vient te voir pour te demander comment je t’ai traitée, tu ne peux pas dire que je ne t’ai pas bien traitée… Tu avais un toit au-dessus de la tête. Je t’emmenais faire du shopping. Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre". J’étais épouvantée lorsqu’il me parlait. Il pense vraiment qu’il m’a fait une faveur. Il ne voit pas qu’il a détruit des gens. »


R. Kelly filmait tout

Manipulateur et violent, R. Kelly dispose d’un « harem » selon Buzzfeed. Kitty Jones raconte que le chanteur a installé plusieurs jeunes femmes dans ses différentes demeures et se fait appeler « Papa » par elles. Frappée à de nombreuses reprises, Kitty Jones est également régulièrement « punie » si elle rechigne aux ordres. Elle pouvait être enfermée et affamée pendant plusieurs jours.

Comme d’autres victimes de R. Kelly, Kitty Jones affirme que R. Kelly filmait ses actes sexuels, y compris les viols. « Parfois, il nous force à regarder ce qu’il a fait à d’autres filles. Il se masturbait en regardant ces vidéos et il nous forçait ensuite à lui faire une fellation pendant qu’il regardait ce qu’il a fait à quelqu’un d’autre sur son iPad », a-t-elle raconté.

« Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre »

Kitty Jones a fui en septembre 2013 en prétextant une visite à son fils, installé en Europe avec son père. L’article de Buzzfeed lui a donné le courage de témoigner, même si R. Kelly a tenté de l’en dissuader lors d’une conversation téléphonique. « Il m’a dit : "Si quelqu’un vient te voir pour te demander comment je t’ai traitée, tu ne peux pas dire que je ne t’ai pas bien traitée… Tu avais un toit au-dessus de la tête. Je t’emmenais faire du shopping. Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre". J’étais épouvantée lorsqu’il me parlait. Il pense vraiment qu’il m’a fait une faveur. Il ne voit pas qu’il a détruit des gens. »


R. Kelly filmait tout

Manipulateur et violent, R. Kelly dispose d’un « harem » selon Buzzfeed. Kitty Jones raconte que le chanteur a installé plusieurs jeunes femmes dans ses différentes demeures et se fait appeler « Papa » par elles. Frappée à de nombreuses reprises, Kitty Jones est également régulièrement « punie » si elle rechigne aux ordres. Elle pouvait être enfermée et affamée pendant plusieurs jours.

Comme d’autres victimes de R. Kelly, Kitty Jones affirme que R. Kelly filmait ses actes sexuels, y compris les viols. « Parfois, il nous force à regarder ce qu’il a fait à d’autres filles. Il se masturbait en regardant ces vidéos et il nous forçait ensuite à lui faire une fellation pendant qu’il regardait ce qu’il a fait à quelqu’un d’autre sur son iPad », a-t-elle raconté.

« Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre »

Kitty Jones a fui en septembre 2013 en prétextant une visite à son fils, installé en Europe avec son père. L’article de Buzzfeed lui a donné le courage de témoigner, même si R. Kelly a tenté de l’en dissuader lors d’une conversation téléphonique. « Il m’a dit : "Si quelqu’un vient te voir pour te demander comment je t’ai traitée, tu ne peux pas dire que je ne t’ai pas bien traitée… Tu avais un toit au-dessus de la tête. Je t’emmenais faire du shopping. Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre". J’étais épouvantée lorsqu’il me parlait. Il pense vraiment qu’il m’a fait une faveur. Il ne voit pas qu’il a détruit des gens. »


R. Kelly filmait tout

Manipulateur et violent, R. Kelly dispose d’un « harem » selon Buzzfeed. Kitty Jones raconte que le chanteur a installé plusieurs jeunes femmes dans ses différentes demeures et se fait appeler « Papa » par elles. Frappée à de nombreuses reprises, Kitty Jones est également régulièrement « punie » si elle rechigne aux ordres. Elle pouvait être enfermée et affamée pendant plusieurs jours.

Comme d’autres victimes de R. Kelly, Kitty Jones affirme que R. Kelly filmait ses actes sexuels, y compris les viols. « Parfois, il nous force à regarder ce qu’il a fait à d’autres filles. Il se masturbait en regardant ces vidéos et il nous forçait ensuite à lui faire une fellation pendant qu’il regardait ce qu’il a fait à quelqu’un d’autre sur son iPad », a-t-elle raconté.

« Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre »

Kitty Jones a fui en septembre 2013 en prétextant une visite à son fils, installé en Europe avec son père. L’article de Buzzfeed lui a donné le courage de témoigner, même si R. Kelly a tenté de l’en dissuader lors d’une conversation téléphonique. « Il m’a dit : "Si quelqu’un vient te voir pour te demander comment je t’ai traitée, tu ne peux pas dire que je ne t’ai pas bien traitée… Tu avais un toit au-dessus de la tête. Je t’emmenais faire du shopping. Tu ne dois pas dire que j’étais un monstre". J’étais épouvantée lorsqu’il me parlait. Il pense vraiment qu’il m’a fait une faveur. Il ne voit pas qu’il a détruit des gens. »