Moncler, connu pour ses doudounes haut de gamme, renonce à la fourrure

ANIMAUX Moncler, connu pour ses parkas haut de gamme, a annoncé mardi qu'il renonçait à son tour à la fourrure animale

A.D. avec AFP
— 
La griffe italienne Moncler est connue pour ses doudounes haut de gamme.
La griffe italienne Moncler est connue pour ses doudounes haut de gamme. — IPA PRESS ITALY/SIPA

Face à un public toujours plus sensible au bien-être animal, les grands noms de la mode, comme Chanel, Armani, Jean Paul Gaultier, Chanel, Gucci, Versace, Prada, Valentino, Armani, Canada Goose, Balenciaga, Bottega Veneta et Alexander McQueen, Saint Laurent et Brioni, sont de plus en plus nombreux à abandonner la vraie fourrure.

L’italien Moncler, connu pour ses parkas haut de gamme, a annoncé mardi qu’il renonçait à son tour à l’utilisation de la   fourrure animale.

« L’entreprise cessera de s’approvisionner en fourrure cette année et la dernière collection à présenter de la fourrure sera l’automne-hiver 2023 », selon un communiqué.

Une démarche « conforme à l’engagement continu de Moncler en faveur de pratiques commerciales responsables » et « qui s’appuie sur l’engagement de la marque avec l’organisation italienne de défense des animaux LAV représentante de la Fur Free Alliance », selon la marque.

Un « coup marketing »

La filière française de la fourrure a dénoncé mardi un « coup marketing » de la part de Moncler qui annonce dans le même communiqué l’arrêt de la fourrure et le lancement d’une nouvelle collection à base de matériaux recyclés ou biologiques.

La filière alerte également sur la « pression des organisations animalistes » et leurs méthodes « de harcèlement, de chantage, de manipulation, de forme réelle de tyrannie subie sur le secteur de l’habillement ».

« Bravissimo à Moncler de s’être enfin adapté à l’air du temps »

« Bravissimo à Moncler de s’être enfin adapté à l’air du temps », a salué de son côté l’association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) dans un communiqué.

« La décision de l’entreprise de tourner le dos à cette matière cruelle fait suite à des années de pression de la part de militants de la cause animale, dont près de 100 000 mails envoyés par des soutiens de Peta et de ses entités internationales », poursuit l’association.

Et de conclure : « Les géants de la mode l’ont bien compris, la fourrure n’a sa place que sur les animaux à qui elle appartient. De nombreuses marques adoptent des textiles végans, durables et innovants, s’étant rendues compte que pour être véritablement éthiques, il faut passer outre de tout produit issu de l’exploitation animale, dont le duvet, qui, comme Peta l’a révélé, est souvent obtenu en arrachant les plumes des oies à vif et à pleine poignée, alors que celles-ci se débattent et finissent avec des plaies ouvertes et sanglantes. » Dans cet élan dernièrement, des marques comme l’italien Armani, ont annoncé avoir aussi abandonné l’angora après avoir délaissé la fourrure.