Hermès : Le groupe de luxe attaque un artiste qui vend des NFT représentant des sacs Birkin

MODE « J’ai fait des œuvres d’art qui dépeignent des sacs Birkin imaginaires couverts de fourrure », a contesté l’artiste

20 Minutes avec AFP
— 
Des sacs Hermès produits en quantités limitées (illustration)
Des sacs Hermès produits en quantités limitées (illustration) — Mark Thomas/Shutterstock/SIPA

Hermès n'est pas très emballé par le futur de l'art. Le groupe de luxe a engagé des poursuites judiciaires à  New York contre un artiste qui a créé des  NFT représentant des sacs en fourrure fortement inspirés du célèbre sac de la marque, le Birkin.

Mason Rothschild a d’abord créé, avec l’artiste Eric Ramirez, un « Non-Fungible Token » (NFT), un « objet numérique » dont la propriété est traçable, qu’ils ont appelé « Baby Birkin », déjà inspiré du sac vedette d’Hermès. Face au succès de vente de ce premier NFT, Mason Rothschild a créé une centaine de « MetaBirkins » qu’il a mis en vente en cryptomonnaie pour l’équivalent de quelques milliers d’euros.

Un sac Birkin, « un bien précieux dans le monde réel »

Dans la plainte civile déposée au tribunal fédéral de Manhattan (New York), Hermès accuse Mason Rothschild d’être un « spéculateur numérique qui cherche à s’enrichir rapidement en s’appropriant la marque MetaBirkin » pour la vente de NFT. « La marque MetaBirkin s’approprie tout simplement le nom célèbre de la marque Hermès, le Birkin, en ajoutant le préfixe méta », est-il ajouté.

L’artiste a « ouvertement reconnu qu’il avait choisi de vendre ses NFT au nom de Metabirkins parce qu’un sac à main Birkin est un bien précieux dans le monde réel », argumente notamment le groupe de luxe. Les sacs Birkin, produits phares du sellier-maroquinier inspirés par la chanteuse et actrice anglaise, sont vendus en boutique plusieurs milliers d’euros.

L’artiste ne se dit « pas intimidé »

Le nom de Metabirkins, « lui a apporté un succès financier en quelques semaines. Il ne fait aucun doute que ce succès découle d’une utilisation confuse de la marque d’Hermès », argumente aussi le sellier-maroquinier.

« Les affirmations d’Hermès sont sans fondement », a répondu l’artiste sur les réseaux sociaux. « Je ne crée ni ne vends des faux sacs Birkin. J’ai fait des œuvres d’art qui dépeignent des sacs Birkin imaginaires couverts de fourrure », ajoute-t-il se référant à Andy Warhol et ses célèbres toiles représentant des boîtes de soupe Campbell.

« Le fait que je vends de l’art en utilisant des NFT ne change pas le fait qu’il s’agit d’art », ajoute-t-il avant d’expliquer avoir voulu discuter avec la marque de luxe. « J’espère qu’Hermès comprend que je ne serai pas intimidé », termine-t-il. Contacté par l’AFP, Hermès a déclaré ne pas commenter les affaires judiciaires en cours.