Pop it : « Ludique », « absurde » ou « inutile »... Les lecteurs de « 20 Minutes » divisés sur le jeu phénomène de l'été

VOUS TEMOIGNEZ Si certains ont très vite cédé à ce carton de l’été, quelques irréductibles résistent encore à ce phénomène

C.W.
— 
Le Pop it est le grand succès de l'été.
Le Pop it est le grand succès de l'été. — Canva
  • Le Pop it, jouet anti-stress en silicone, est le gros carton de l’été.
  • Il séduit les petits et les grands par ses aspects ludiques et relaxants.
  • Face à ce véritable phénomène estival, les lecteurs de « 20 Minutes » ont eu beaucoup de mal à résister à la tentation du « plop plop plop ».

Que vous ayez eu la chance de partir en vacances ou non, il est quasiment impossible d'être passé à côté du Pop it. Après avoir squatté les cours d’école à la fin de l’année scolaire, ce petit jouet multicolore en silicone et aux formes diverses (étoile, dinosaure,  cœur...), est devenu l’incontestable star de l’été, inondant les plages françaises, les marchés estivaux ou les rues commerçantes. Son principe ? Des petites boules que l’on éclate à l’infini, sorte de dérivé moderne du classique papier bulle, aux effets anti-stress.

Un jeu conçu dans les années 1970 et commercialisé sous le nom de « Last One Lost » au début des années 2010 comme rapportait Le Monde début juillet, mais qui a toutefois dû attendre TikTok pour rencontrer un véritable succès. Avec le #popitchallenge (qui cumulait plus de 150 millions de vues sur la plateforme au début de l’été selon Le Parisien), les abonnés du réseau social se sont mis au défi d’éclater un nombre bien défini de bulles en un temps limité, lançant ainsi un nouvel effet de mode. Et depuis c’est un véritable raz de marée.

Les enfants en raffolent, tous comme certains adultes, ravis de pouvoir passer leurs nerfs sur ce petit bout de silicone. Mais s’il est une réelle source de satisfaction pour les uns, pour d’autres il est devenu un calvaire, agacés par le phénomène. Sollicités par un appel à contributions, les lecteurs de 20 Minutes ont fait part de leur emballement pour le Pop it, ou de leur ras-le-bol.

« Calme » et « ludique »

Ce sont bien évidemment une majorité de parents qui ont fait part de leur expérience, ce petit jeu étant avant tout un succès éclatant auprès des enfants. Des parents qui pour beaucoup ont été confrontés à la pression sociale, et à l’envie irrépressible de leur progéniture de posséder un Pop it comme les autres. « Ma fille est revenue du centre aéré en me suppliant de lui en acheter un, celui en forme de licorne, comme celui de sa copine Léa. Il en fallait absolument un pour être "cool", j’ai craqué évidemment ! » avoue en toute honnêteté Laure, une maman de 36 ans. Une réaction compréhensible qui permet d’éviter un mini drame estival, voir des reproches à vie. D’autant que certains se remettent à peine du phénomène hand spinner

D’autres, comme Nadège, qui a témoigné sur notre page Facebook, se sont laissés convaincre malgré quelques réticences. « Je pensais que c’était encore un effet de mode sans intérêt et je dois dire que je suis agréablement surprise car il y a une multitude de petits jeux à réaliser : rapidité pour éclater les bulles, on cache une bille et celui qui la trouve a perdu, avec un dé pour aider les plus jeunes à compter… Ça peut faire patienter calmement dans une salle d’attente ou canaliser les plus remuants », estime-t-elle. Comme Nadège, Annie a découvert que le Pop it n’était pas qu’une simple plaque de silicone sur laquelle appuyer, mais qu’il pouvait s’apparenter à un jeu comme le Puissance 4.

« Je l’ai acheté en Vendée, il m’a coûté trois euros et nous y avons joué ensemble avec ma petite fille de six ans, dit-elle. C’est un jeu ludique avec réflexion. Au départ vous annoncez la couleur et le nombre de bulles, puis vertical, horizontal ou diagonal. L’adversaire fait pareil et le but c’est qu’il n’en reste qu’une seule. Un jeu sympa sur la plage, et juste à passer sous l’eau pour le sable. » D’autres règles existent, vous en trouverez quelques-unes par ici.

Parmi les convaincus, certains accordent aussi au Pop it des propriétés apaisantes et de concentration. C’est le cas de Jessica, une maman de 33 ans, dont le fils a des troubles du spectre de l’autisme (TSA). « Il a découvert ce jeu chez l’orthophoniste et a tout de suite adhéré, explique-t-elle. Il peut rester dessus quelques minutes ce qui est positif. Il permet également d’améliorer son habileté et sa dextérité au niveau des doigts, c’est un peu dans ce but que son orthophoniste lui a présenté ce jeu. » Comme l’affirme le site de Francetvinfo, il serait d’ailleurs de plus en plus utilisé auprès des professionnels de la santé.

« Absurde » et « inutile »

Si vous avez déjà trituré du papier bulle, vous savez à quel point l’activité peut-être satisfaisante pour soi, mais aussi très irritante pour les autres… Eh bien c’est pareil avec le Pop it. « Pour celui qui joue, c’est peut-être délassant mais pour ceux qui sont à côté, c’est énervant d’entendre les flop-flop ! », explique ainsi Agnès. Un avis partagé par Isabelle. « Anti-stress pour celui qui joue avec, trop de stress pour celui qui est à côté ! », s’agace-t-elle. Et en effet, le jeu ne fait pas que des adeptes. Le principal reproche ? Le fameux « effet de mode ». « Je n’ai pas cédé (malgré de nombreuses demandes, il a 12 ans) à l’achat de ce petit bout de plastique qui finira comme les autres booms de l’été au fond du placard. Et je ne me sens pas coupable », affirme ainsi la quinquagénaire Nathalie.

Certaines comme Christine, 60 ans, qui se décrit comme « mère et une enseignante révoltée », poussent même de gros coups de gueule : « Je suis effondrée de voir autant de bêtise et d’inconscience face à ce phénomène de mode en plastique. A l’heure où il faut chercher à protéger la nature, je vois des Pop it abandonnés en forêt. Bravo à l’inventeur-pollueur ! Il y a tant de choses à faire pour occuper ou déstresser les enfants. Mais cela prend du temps peut-être ! Notre planète est en bien mauvaise posture. »

Un point de vue partagé par Rebecca, 40 ans. « J’ai renoncé formellement à offrir à mes filles ce jeu absolument absurde, non écologique, laid et inutile ! Je me suis fait avoir par les petits élastiques pour faire des colliers et des bracelets. Il m'en reste encore un sac qui vomit son contenu régulièrement aux quatre coins de l’appartement. Mes filles ont très vite entendu mon cri d'exaspération et ont accepté l’argument écologique pour renoncer à ce nouveau jeu à la mode qui sera déjà désuet un mois après la rentrée. »

Pour la défense du Pop it, il est en silicone, nettement moins polluant que le plastique. Mais ce n’est bien évidemment pas une raison pour l’abandonner dans la nature. Quand à sa disparition prochaine, vu l’ampleur du phénomène, il y a de fortes chances que le jeu persiste et signe à la rentrée... Et en attendant, il va falloir se faire au « plop plop plop » mêlé au doux bruit des vagues.