Nantes : « Essayez, portez, échangez… » Une boutique propose de louer ses vêtements sur abonnement

CONSO Plutôt que d'acheter, l'Avant-Garde robe propose aux Nantaises de louer leurs vêtements, tous de seconde main, via un système d'abonnement mensuel

Julie Urbach

— 

A Nantes, la boutique l'Avant Garde Robe, créée par Faustine Reculeau et Florent Lamy propose de louer ses vêtements sur abonnement
A Nantes, la boutique l'Avant Garde Robe, créée par Faustine Reculeau et Florent Lamy propose de louer ses vêtements sur abonnement — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Faustine Reculeau et Florent Lamy viennent d'ouvrir leur magasin en centre-ville de Nantes.
  • Cette boutique, qui se présente comme unique en France, propose «une façon totalement différente de penser son dressing»

A première vue, c’est une boutique de vêtements pour femme comme il en existe des dizaines dans le centre-ville de Nantes. Sauf que l'Avant-Garde robe et son slogan « Essayez, portez, échangez », ouverte samedi dernier rue Lebrun, pourrait aussi se rapprocher d’une bibliothèque. « Il n’y a pas de livres mais le fonctionnement est le même, sourit la gérante, Faustine Reculeau, 36 ans, qui a lancé l’affaire avec son conjoint, Florent Lamy. On prend un vêtement, on le porte, et on le rend quand on n’en a plus besoin. C’est une façon totalement différente de penser son dressing, beaucoup plus respectueuse de l’environnement. »

Alors que la mode représente l’une des industries les plus polluantes au monde, cette boutique d’un nouveau genre («unique en France » selon ses fondateurs) espère proposer une nouvelle alternative à la fast-fashion, aux côtés des nombreuses friperies que compte déjà le quartier. S’il est possible d' acheter le petit pull qui vous a tapé dans l’oeil, l’Avant-Garde Robe vous propose plutôt de le louer, grâce à un système d’abonnement mensuel. Il faut compter 49 euros ou 64 euros pour trois pièces, à échanger une fois par mois ou autant qu’on le souhaite, et 69 ou 94 euros pour l’abonnement qui inclut des pièces fragiles (manteaux, robes en soie), qui nécessiteront un envoi au pressing.

Des articles de seconde main uniquement

Un système de location qui n’est pas totalement nouveau, alors que plusieurs entreprises proposent ce service, mais en ligne. « Il y a une vraie tendance, qui déculpabilise les très gros consommateurs de mode et permet de libérer son style vestimentaire, confirme la gérante. L’avantage supplémentaire ici est que l’on peut essayer. Une solution à ce problème que l’on retrouve quand on commande sur une appli de seconde main : les articles ne taillent pas tous pareil et au final, certains ne conviennent pas et on ne les porte pas… »

Pour pousser le processus encore plus loin, l’Avant-Garde Robe fait le pari de ne proposer que des pièces (vêtements et accessoires) de seconde main, sélectionnées une par une au centre de tri de Sainte-Luce. Un stock d’un millier de vêtements, qui tournent tous les dix jours, a déjà été constitué. Sur les cintres, triés par taille (du 34 au 56) des chemisiers pour aller travailler, des robes de cérémonie ou de tous les jours, de marques haut de gamme, mais pas seulement.

« On regarde surtout s’ils sont en bon état, avec une bonne coupe et un tissu de qualité, détaille Faustine Reculeau. Il faut qu’ils aient du cachet. » « C’est fou tout ce que l’on peut trouver, assure Florent Lamy. On tombe sur de très belles choses, du fait main, ou de vieilles marques françaises qui n’existent plus ! »