Coronavirus : Bulles individuelles, stérilisateurs ou attrape-poignées… La pandémie va-t-elle bouleverser le design ?

CREATIVITE Durant le confinement, les designers ont eux aussi imaginé le « monde d’après »

Anne Demoulin

— 

Christophe Gernigon est à l'origine de cette invention, appelée le Plex'Eat.
Christophe Gernigon est à l'origine de cette invention, appelée le Plex'Eat. — Christophe Gernigon
  • Designers, créateurs, entreprises et tout ce que la planète compte de cerveaux Géo Trouvetou ont mobilisé leur créativité face à la pandémie de coronavirus.
  • Bulles individuelles, attrape-poignées ou lampe pour stériliser… Les designers ont rivalisé d’ingéniosité durant la crise.
  • Ces objets vont-ils s’incruster dans notre quotidien ? La pandémie va-t-elle changer le monde du design ?

L’Homme n’est jamais aussi inventif que pendant une crise ! Qui aurait pu imaginer que le bien nommé masque de snorkeling « Easybreath » sauverait des vies ? L’idée d’adapter ce produit Décathlon en respirateur d’urgence dans les hôpitaux saturés est née de la collaboration entre un médecin italien de Brescia, Renato Favero, et l’entreprise lombarde Isinnova, spécialisée dans l’impression numérique. Designers, créateurs, entreprises et tout ce que la planète compte de cerveaux Géo Trouvetou ont mobilisé leur créativité face à la pandémie de coronavirus. Qu’en sera-t-il demain dans le monde post-confinement ? La pandémie va-t-elle bouleverser le monde du design ?

Au pic de la pandémie en Europe, en Italie, épicentre du design mondial, trois journalistes spécialisés de la discipline ont fondé #DesignResistenza, un site qui rassemble les projets des designers en temps de crise et les solutions qu’ils peuvent apporter au jour le jour.

Les architectes italiens Carlo Ratti et Italo Rota se sont associés au studio d’ingénierie Jacobs et au studio numérique Squint/Opera pour imaginer la capsule de soins intensifs CURA dans des conteneurs afin de délester les hôpitaux saturés.

Le premier modèle de CURA a été construit et installé dans un hôpital de Turin en Italie.
Le premier modèle de CURA a été construit et installé dans un hôpital de Turin en Italie. - https://curapods.org/

Le studio espagnol Nagami Design, spécialisé dans l’impression 3D, associé au Britannique Ross Lovegrove, a stoppé sa production de mobilier pour produire des visières. « C’est de loin le projet le plus important sur lequel nous ayons jamais travaillé, mais aussi celui que nous souhaitions ne jamais avoir eu à démarrer… », se désolent les fondateurs du studio dans les colonnes du magazine Ideat.

Un objet pour ouvrir les poignées avec le coude

Depuis le 2 avril sur Instagram, la marque suisse de mobilier Vitra organise une série de talks en live afin de débattre du design en temps de crise. En France, Cédric Vasseur a lancé Beepmaster : « Quel est le rôle des nouvelles technologies dans le confinement ? Le déconfinement ? Qu’en sera-t-il demain ? », s’interroge le conférencier spécialisé en Intelligence Artificielle. Le designer Geoffrey Dorne recense sur son blog les initiatives intéressantes comme cet objet qui sert à ouvrir les poignées avec son coude, développé par les Belges de 3D Materialise.

les Belges de Materialise ont conçu un accessoire permettant d’ouvrir une porte sans la toucher avec ses mains.
les Belges de Materialise ont conçu un accessoire permettant d’ouvrir une porte sans la toucher avec ses mains. - Materialise

Poignées de portes, interrupteurs, digicodes… Le coronavirus a mis en évidence le nombre d’objets que l’on touche quotidiennement. « Si on doit rentrer dans une logique hygiéniste, des applications vont se développer pour contrôler la lumière ou l’ouverture des portes via notre smartphone », avance Michael Malapert, architecte d’intérieur.

Une lampe à ultraviolets pour stériliser

A Taiwan, Lai Hsien-yung, anesthésiste du Mennonite Christian Hospital à Hualien, a conçu un cube en acrylique qui limite drastiquement le risque de contamination lors de l’intubation endotrachéale des patients.

L'Areosol Box a été créée par le Dr. Hsien Yung Lai.
L'Areosol Box a été créée par le Dr. Hsien Yung Lai. - Dr. Hsien Yung Lai

Et en Chine, où est apparu le coronavirus, Frank Chou et Pino Wang ont inventé un savon liquide qui change de couleur au bout de trente secondes. « Nous pensons que le coronavirus sera bientôt éliminé, cependant, en tant qu’humain, nous devrons faire face à davantage de problèmes de santé, et ce dans un futur proche », souligne Frank Chou, dans les colonnes du magazine Ideat.

Un savon issu du projet « Create Cures » qui propose aussi un mouchoir qui se transforme en masque ou encore une lampe à rayons ultraviolets qui stérilise votre smartphone, vos clés ou votre portefeuille. « En tant que designer, nous devons redéfinir ce qu’est le design, ce que nous pouvons faire en tant que designer et ce que nous pouvons donner », ajoute le designer chinois.

Frank Chou crée une lampe qui stérilise.
Frank Chou crée une lampe qui stérilise. - Frank Chou

Vers un design plus durable ?

Durant le confinement, les designers ont eux aussi imaginé le « monde d’après ». « Le design est aujourd’hui à la croisée des chemins aujourd’hui : est ce qu’il accompagne les formes classiques de consommation ou est ce qu’il contribue à faire évoluer les pratiques de consommation vers plus de frugalité, plus de durabilité et des pratiques plus responsabilisantes ? », explique Thierry Mandon, directeur général de la Cité du design à Saint-Etienne.

Certains designers adeptes du slow design ont déjà commencé cette réflexion depuis quelques années. « Cette crise va fonctionner comme un accélérateur de prise de conscience dans la communauté du design et des designers du rôle du design pour les années qui viennent », estime Thierry Mandon.

Less is more ? Dans une récente interview pour Dezeen, la designer industriel Hella Jongerius appelle à « mettre fin aux produits inutiles, aux hypes commerciaux et à la rhétorique vide dans le processus de conception ». Durant le confinement, les designers Max Enrich et Garance Vallée ont imaginé des objets design avec les moyens du bord. Charlotte Kidger s’est lancé le défi de créer une collection de vases avec des matériaux trouvés dans un périmètre d’un kilomètre autour de son domicile. « Il faut mettre plus de durabilité dans les processus de consommation et réinterroger plus profondément nos pratiques », renchérit Thierry Mandon.

La fonction première du designer dans les années qui viennent, est de « s’interroger sur la maîtrise de l’hyperconsommation ». « Les designers doivent être ceux qui, d’abord, interrogent sur les finalités des objets sur lesquels ils sont sollicités : utilité véritable, durabilité, recyclage, gaspillage ou pas des ressources naturelles. Et ensuite, ils développent leur savoir-faire, mais ils ont cette mission-là. S’ils sont placés là, ils ont une vraie utilité sociale et économique, fondée sur leur utilité sociale », analyse Thierry Mandon.

Nos intérieurs vont probablement changer en raison de la généralisation du télétravail. « Il est évident que le télétravail va contribuer à redessiner les appartements. Comment, quand vous avez peu d’espace, composer un intérieur qui soit autant un l’intérieur de détente, de repos et de loisirs que de travail ? Tout ça, c’est passionnant », estime l’expert.

Les grabbers, respirateurs de fortune et autres bulles de protection disparaîtront probablement avec le virus. « Il ne faut pas confondre l’agilité et la rapidité d’adaptation, et qu’est ce qu’un design responsable et durable organiserait », souligne le directeur de la Cité du design. « Il y a des besoins ponctuels qui apparaissent, qui relèvent peut-être de tendances de fond, et des choses qui relèvent d’une sorte d’hystérie sanitariste », alerte-t-il comme cette couverture de pique-nique qui permet de respecter la distanciation imaginée par le designer londonien Paul Cocksedge, ce désinfecteur de vêtements de Carlo Ratti, ces bulles pour la restauration de Christophe Gernigon ou encore ces bulles individuelles imaginées par Libero Rutilo et Ekaterina Shchetina du cabinet Designlibero.

Pura-Case de Carlo Ratti utilise la « puissance de l'ozone» pour désinfecter les vêtements.
Pura-Case de Carlo Ratti utilise la « puissance de l'ozone» pour désinfecter les vêtements. - Carlo Ratti
Christophe Gernigon est à l'origine de cette invention, appelée le Plex'Eat.
Christophe Gernigon est à l'origine de cette invention, appelée le Plex'Eat. - Christophe Gernigon
Cette bulle personnelle gonflable a été créée par Libero Rutilo et Ekaterina Shchetina du cabinet Designlibero.
Cette bulle personnelle gonflable a été créée par Libero Rutilo et Ekaterina Shchetina du cabinet Designlibero. - Libero Rutilo et Ekaterina Shchetina du cabinet Designlibero

Et d’insister : « La distanciation sociale peut être un besoin sanitaire du moment, mais cela ne peut pas être un projet pour les designers. C’est l’inverse ! » Les designers devront réfléchir au contraire à « comment recréer du lien ». « Quand vous restez enfermé devant Internet sans voir jamais personne, vous ne risquez pas d’être contaminé par les autres. Reste à savoir si c’est une vie viable et désirable ? », conclut le directeur général de la Cité du design.