Coronavirus : Comment optimiser son intérieur pendant le confinement ?

AMENAGEMENT Nicolas Ruiz, architecte et fondateur du studio HNA, propose gratuitement ses services en visio pendant le confinement, pour vous aider à organiser votre domicile

Anne Demoulin

— 

Nombreux sont ceux qui se sont rendus compte que leur intérieur n’était pas aménagé au mieux pendant le confinement. Lancer le diaporama
Nombreux sont ceux qui se sont rendus compte que leur intérieur n’était pas aménagé au mieux pendant le confinement. — SUPERSTOCK/SIPA
  • Nicolas Ruiz, architecte et fondateur du studio HNA, propose gratuitement ses services en visio pendant le confinement afin d’optimiser au mieux son domicile pour s’y sentir bien.
  • « Un espace dégagé donne une impression de volume », explique l’architecte.
  • « « Il faut cloisonner les espaces, pas matériellement mais visuellement », recommande-t-il.
  • « Mettre son canapé à la place de la télé et inversement peut donner l’impression d’être dans un autre espace », conseille-t-il encore.

On n’avait jamais passé autant de temps chez soi que pendant le confinement ! Nombreux sont ceux qui se sont rendu compte que leur intérieur n’était pas aménagé au mieux dans ces circonstances exceptionnelles. Nicolas Ruiz, architecte et fondateur du studio HNA,, propose gratuitement ses services en visio pendant le confinement afin d’organiser au mieux son domicile pour s’y sentir bien. L’architecte livre ses conseils aux lecteurs de 20 Minutes pour mieux vivre « 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 » chez soi.

Faire un grand ménage de printemps

« Dans les appartements que j’ai pu visiter virtuellement grâce à cette initiative, il y a des cas de figure qui reviennent régulièrement. La première chose, c’est une question de rangement, surtout dans les petites surfaces », observe l’expert. On s’inspire donc du lagom, ou l’art du « ni trop, ni trop peu », que cultivent nos amis scandinaves au quotidien.

« Le bordel prend beaucoup d’espace visuellement. Une grande partie de la perception de l’espace est visuelle avant d’être spatiale, un espace dégagé donne une impression de volume », explique l’architecte, qui recommande de « faire un grand tri ». Objectif ? « Ne conserver que les choses dont a vraiment besoin. » La méthode de rangement est simple : « L’idée est de prendre tout ce que l’on a chez soi et de répartir en deux catégories, ce qu’on va garder, ce que l’on veut jeter. Et il faut virer tout de suite ce que l’on veut jeter pour que cela n’encombre plus afin de se concentrer sur le rangement de ce que l’on garde. »

« Le but du rangement est d’aller vers une vie meilleure », confiait à 20 Minutes Marie Kondo, la grande prêtresse du ménage de printemps, lors de la sortie de ses best-sellers La Magie du rangement (First Editions, 17,95 euros) et Ranger : L’étincelle du bonheur (Pygmalion, 17,90 euros) adoptée par des millions d’adeptes. Pour les conseils de la consultante en rangement la plus célèbre du monde, n’hésitez pas à regarder Tidying Up With Marie sur Netflix.

Reste qu’en période de confinement, il n’est pas toujours facile de faire du tri. La tendance est plutôt au stockage de fournitures et nourriture pour éviter de sortir trop souvent. Dans la plupart de villes, le ramassage des encombrants est suspendu, les déchetteries fermées, les structures prenant des dons telles que les ressourceries ne les acceptent plus.

Dans ce cas, il faut faire preuve d’un peu d’ingéniosité à défaut de place.

« Il faut être organisé et logique dans sa manière de ranger et penser en termes d’ergonomie. Ce dont on a régulièrement besoin doit être à portée de main, accessible et ce dont on a moins besoin peut être dans des boîtes, caché. Ils prendront moins de place dans l’appartement visuellement », conseille l’architecte.

Délimiter des espaces pour des usages

« Il faut cloisonner les espaces, pas matériellement mais visuellement, et surtout dans les usages », recommande Nicolas Ruiz. Dans les studios, où le canapé-lit fait office de couchage et d’espace de travail : « Quand il est en position lit, c’est pour dormir. Pour travailler, il doit être en position canapé. Cela permet au cerveau de réaliser qu’il s’agit de deux usages et deux espaces différents. Le sentiment d’espace sera ainsi distribué selon les usages et non pas superposé », souligne l’expert. Et d’insister : « Si l’espace du studio constitue la chambre, le salon et la cuisine. Il faut se créer des rituels pour permettre de se mettre dans l’état d’esprit de l’usage qu’on veut faire à ce moment-là. »

Il est essentiel d’avoir un espace, même symbolique, dédié au télétravail. « Le plus important, c’est de trouver un endroit où l’on se sent bien et où il est confortable de travailler. J’ai eu beaucoup de gens qui travaillent sur leur table basse, sont pliés en deux et se font mal au dos. Ce n’est pas une bonne idée », estime l’architecte.

Idéalement, le bureau doit être installé face à la fenêtre pour profiter de la lumière naturelle et d’un peu d’air frais. Il faut éviter de le placer dos à la fenêtre afin de ne pas être gêné par les reflets sur l’écran. L’écran d’ordinateur doit être placé à plus de 50 cm de vous et placé de façon à ce que le haut de l’écran soit au niveau de vos yeux, a recommandé un ergothérapeute aux salariés de 20 Minutes. Certains petits appartements ne sont pas équipés d’un bureau ou d’une table : « Il faut alors surélever l’ordinateur portable ou la table basse avec des bouquins sous les pieds par exemple », propose le spécialiste.

Les citadins sont notamment en manque de verdure pendant le confinement, n’hésitez pas à mettre une plante sur votre espace de travail. « Une maison vit aussi au rythme des activités de ses occupants. Il ne faut pas hésiter à travailler une demi-journée dans la cuisine quand il y a du soleil et migrer dans le salon, quand il est ensoleillé », recommande Nicolas Ruiz. Et d’ajouter : « Si on dispose d’un espace extérieur, il faut en profiter au maximum ! »

Si votre appartement est exposé au Nord et sombre, les réflecteurs de lumière peuvent améliorer votre situation. Si l’on ne peut pas s’en procurer, il existe de nombreux tutos de photographes pour s’en bricoler avec du carton et du papier aluminium. On peut aussi s’aider « de petits miroirs de salle de bains, si possible autocollants ». « On les placera sur le côté de la fenêtre », note l’expert.

Réinventer son intérieur

Les gens qui sont confinés avec des enfants ne savent parfois pas trop gérer le bazar de ces derniers. « Il est possible de récupérer un meuble de rangement utilisé pour autre chose, de le vider et de le dédier au rangement des jouets le temps du confinement. Il faut aussi profiter de ce moment pour responsabiliser les enfants et lui dire : “ce meuble est destiné à tes jouets, tu te débrouilles comme tu veux, mais ils doivent être rangés dedans à la fin de la journée” », préconise l’architecte.

N’hésitez pas à bouger les meubles pour trouver une nouvelle organisation plus pratique pendant la quarantaine. « Je remarque avec les gens qui m’appellent que ce qui fait du bien aux gens pendant le confinement, c’est d’avoir un projet », souligne l’architecte. Transformer son salon en changeant la disposition des meubles peut faire du bien. « Même si l’aménagement n’est pas problématique ! Cela donne des choses à faire, une perspective de changement et cela donne l’impression de ne plus tourner en rond chez soi. Mettre son canapé à la place de la télé et inversement peut donner l’impression d’être dans un autre espace », souligne l’architecte. De quoi changer de perspective tout en restant confiné chez soi !