Pratiquée avec un sabre, la coupe de cheveux énergétique « va bien plus loin qu’un simple carré »

COIFFURE La trichothérapie est une technique qui vise à «libérer les cheveux des toxines et des retenues d'énergie»

Julie Urbach

— 

La trichothérapie se pratique à l'aide d'un petit sabre japonais
La trichothérapie se pratique à l'aide d'un petit sabre japonais — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Alors que la tendance est au naturel, les coiffeurs s'y mettent aussi avec les «coupes énergétiques».
  • Massage crânien, coupe au sabre, cheveux et corps redynamisés... On a assisté à une séance de trichothérapie près de Nantes.

Faire vibrer ses cheveux pour les rendre plus beaux et se sentir mieux, tout ça grâce à un sabre japonais. Le concept est chelou mais pas plus que celui d’ enlacer des arbres ou de se sentir zen grâce à des bruits de bouche diffusés sur Youtube, finalement. Alors que la tendance est au naturel, notamment dans le secteur de la beauté, de plus en plus de gens se tourneraient vers la coiffure énergétique. Des démonstrations de «trichothérapie» ont d’ailleurs lieu tout le week-end devant les 20.000 visiteurs du salon Zen & Bio de Nantes. On a voulu voir comment ça se passait.

Par contre, on vous prévient tout de suite : on n’a pas testé. La nourriture dégueu OK mais les cheveux, c’est non, c’est comme ça. Elisabeth Arnault, coiffeuse depuis 40 ans, nous pardonne : elle nous a même trouvé un cobaye en la personne de Marion. C’est parti pour une expérience pas comme les autres dans son petit cabinet cosy de Saint-Julien-de-Concelles près de Nantes. Ici, pas de mèches décolorées ni de discussion sur la météo du week-end. « Il s’agit d’un soin, respectueux de la personne, et qui libère des émotions », nous prévient-on.

Elisabeth Arnault pratique la trichothérapie
Elisabeth Arnault pratique la trichothérapie - J. Urbach/ 20 Minutes

Coupe au katana japonais

Pendant 1h30 et pour 90 euros (gloups), la professionnelle va « détoxiner le cheveu, enlever les retenues d’énergie contenues dans cette matière vivante ». La séance commence par un massage crânien, pratiqué sur des points d’acupuncture, afin de se détendre pour recevoir le soin. Après avoir mouillé la chevelure, place aux choses sérieuses. Elisabeth dégaine son « tanto », un petit sabre japonais très tranchant qui a le pouvoir « d’envoyer des vibrations de la pointe du cheveu au bulbe et toute la boîte crânienne, avant de se transporter dans tout le corps ». Mèche par mèche, elle coupe un à deux centimètres, « ça suffit pour soulager ». « On n’est pas dans une coupe esthétique, souligne Elisabeth Arnault. Mais les cheveux sont allégés, doux au toucher, retrouvent leur vitalité. »

Après la dernière étape, également très impressionnante (un rasoir est passé frénétiquement dans la chevelure pour « lisser les écailles » et activer le séchage), les cheveux de Marion semblent effectivement plus épais et la trentenaire se dit « redynamisée ». « Ils étaient fatigués, comme moi, rapporte cette jeune maman, qui n’en est pas à sa première expérience. A chaque fois, je sens que des choses se débloquent, je suis plus tonique quand je repars. »

La demande en hausse

A Nantes comme ailleurs, de plus en plus de coiffeurs sont adeptes de la méthode. Marie-Jeanne Courgeau la propose depuis trois ans dans son salon de Saint-Sébastien. « Il y a des femmes mais aussi des hommes qui viennent pour des problèmes de chute de cheveux, de casse, ou de pellicules, rapporte la patronne d’Hair d’Onyx. D’autres sont là pour s’apaiser ou parce qu’ils ont des décisions importantes à prendre et qu’ils ont besoin d’être en phase avec eux-mêmes. »

Avec une autre technique, Sandra Roussel s’est elle aussi lancée dans la « coupe biodynamique ». Et la demande ne cesse de se développer, selon elle, notamment pendant les pleines lunes ou les changements de saison, réputés comme des périodes propices à la pousse. « La coiffure énergétique va bien plus loin qu’un simple carré, assure celle qui a abandonné les ciseaux classiques pour cette méthode. Ce n’est pas une envie de changer de look mais un besoin plus profond que l’on ressent à l’intérieur de soi. »