VIDEO. Tatouage: C'est quoi les tendances en matière de tattoo?

STYLE Quelque 15.000 personnes se sont rendues à la 14e convention du tatouage à Nantes ce week-end

Julie Urbach

— 

La convention tatouage de Nantes
La convention tatouage de Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Quelque 250 tatoueurs ont sorti leurs aiguilles au parc des expos de la Beaujoire à Nantes ce week-end.
  • Motifs, parties du corps... Voici les tendances repérées lors du salon.

La pratique n’est définitivement plus réservée aux bikers. Ce week-end, quelque 15.000 personnes étaient attendues dans les allées du parc des expos de la Beaujoire à Nantes, pour la 14e convention du tatouage. Si certains ont joué les curieux, d’autres plus courageux sont passés sous les aiguilles des 250 tatoueurs sur place. Motifs, parties du corps préférées… Voici 5 tendances (parmi d’autres, évidemment!) repérées ici et là.

Les animaux (et les fleurs)

Sur quasiment tous les stands, quel que soit le style pratiqué, difficile d’y échapper : les animaux sont omniprésents. Si les chats ou les renards reviennent fréquemment parmi les demandes, on a aussi vu des baleines, personnages de Disney, et même un vison. « J’ai choisi un écureuil avec des petites framboises, explique de son côté Rénelle. Je trouve le modèle très esthétique et en plus l’animal me représente bien, dans sa façon de ne manger que des graines ! » La tendance ornementale, avec ces fleurs qui recouvrent une épaule par exemple, semble aussi toujours très prisée.

Les tattoos « flash »

Si certains clients mettent du temps à se décider sur le motif, la mode est clairement au tattoo flash, que proposent quasiment tous les exposants ici. « Il s’agit d’un dessin conçu entièrement par le tatoueur qui ne sera réalisé qu’une seule fois », explique Stéphanie, de l’association Naoned Ink Tattoo qui organise la convention. Noémie, par exemple, est passée de stand en stand avant de jeter son dévolu sur une belle rose avec sa tige puis de s’allonger sur la table. « Je savais que je voulais une fleur en souvenir de ma marraine décédée, mais j’attendais d’avoir le coup de coeur », explique-t-elle.

Le réalisme

Parmi les nombreux styles qui coexistent, « le réalisme revient en puissance depuis un an ou deux », assure-t-on ici. A la convention de Nantes, plusieurs artistes en ont fait leur spécialité. Comme Chris qui reproduit depuis six heures cette photo de lion sur le dos d’une cliente. «Le réalisme provoque un impact visuel très fort, estime ce tatoueur venu de Châteauroux. Il y a un engouement pour les grosses pièces, très impressionnantes. Je pense que les gens ont moins peur de se lancer dans un portrait de proche ou de star car les techniques se sont perfectionnées.»

Les avant-bras

Il y a ceux qui sont recouverts des pieds à la tête, et d’autres qui se la jouent un peu plus soft. Mais chez ces derniers, l’envie de se montrer est bien là. Tiphaine, qui avait réalisé son premier petit tattoo à la cheville, porte désormais un dessin sur tout l’avant-bras. « Je trouve ça très esthétique et féminin, assure la Vendéenne de 19 ans. Au travail, je porterai des manches longues… jusqu’à ce que je monte un peu dans la hiérarchie ! » « Avant, on commençait par le haut du bras et on descendait, aujourd’hui c’est plutôt l’inverse, constate Stéphanie de Naoned Ink Tattoo. On a aussi de plus en plus de demandes pour les doigts, mais on ne le conseille pas pour un premier tatouage. Chez les femmes, on tatoue beaucoup moins le bas du dos qu'à une époque; Aujourd'hui, on fait beaucoup de cuisses. »

Le tattoo noir

Côté couleur, c'est l'uni et précisemment le noir qui tire en ce moment son épingle du jeu. « J’ai abandonné les couleurs petit à petit, explique Lara, artiste venue de Montréal. En France aussi les gens aiment bien : ça permet d’épurer le motif, de jouer avec le contraste, savoir où placer les ombres pour que le tattoo ressorte bien. » « Ca vieillit mieux contrairement aux couleurs qui peuvent bouger, complète une jeune femme, qui repart avec une citrouille en mode tête de mort sur l’épaule. Au pire, ça tire un tout petit peu vers le vert, mais ce n’est pas gênant. »