Rennes: Un nouveau magasin pour adopter le look des influenceuses d’Instagram à petit prix

MODE Une blogueuse rennaise ouvre une boutique proposant les derniers vêtements tendance portés sur les réseaux sociaux

Manuel Pavard

— 

Julie Lefeuvre propose à Hyloa les tenues portées par les influenceuses sur les réseaux sociaux.
Julie Lefeuvre propose à Hyloa les tenues portées par les influenceuses sur les réseaux sociaux. — M. Pavard / 20 Minutes
  • Une blogueuse vient d'ouvrir à Rennes un magasin qui vend les tenues portées par les influenceuses sur les réseaux sociaux.
  • Hyloa s'inspire du succès de son site de vente en ligne créé il y a deux ans.
  • Les vêtements vendus chez Hyloa sont à la fois très tendance et à des prix accessibles.

Qui a dit qu’il fallait forcément se ruiner pour acquérir les dernières fringues à la mode ? En ouvrant samedi dernier son premier magasin Hyloa dans le centre-ville de Rennes, à deux pas de la place de la Mairie, Julie Lefeuvre a fait le pari inverse. Le concept : proposer à petit prix les vêtements portés par les influenceuses, ces blogueuses hyper populaires qui cumulent des milliers de « likes » et d’abonnés sur les réseaux sociaux.

Passionnée de mode, la jeune Rennaise de 25 ans a eu l’idée de regrouper ses looks préférés il y a deux ans sur un site de vente en ligne. « A la base, je postais mes looks persos sur Instagram, raconte celle qui se rêvait documentariste animalière. Le problème, c’est que je voyais mes influenceuses préférées qui s’habillaient très bien avec des pièces hors de prix que je ne trouvais pas ailleurs. Quand je cherchais une superbe robe rouge par exemple, soit je tombais sur une robe Dior à 3.000 euros, soit je devais faire le tour de tous les sites internet. Il n’y avait rien qui centralisait tout ça. »

Avec hyloa.com, Julie Lefeuvre comble ce manque dès avril 2017. Son site internet expose à la fois « les pièces et le look des influenceuses qui les portent ». Le site décolle immédiatement, au point de fédérer très vite une importante communauté virtuelle. Il est ainsi suivi aujourd’hui par 25.000 fidèles sur  son compte Instagram.

« Les Rennaises sont stylées »

Le succès est foudroyant et Julie a d’emblée l’idée d’ouvrir un magasin : « J’avais organisé quatre pop-up [vente temporaire dans un lieu inédit] éphémères à Rennes et les clientes étaient demandeuses. » Et si cette demande est encore plus forte dans la capitale, la blogueuse estime qu’il n’est « pas obligatoire de migrer sur Paris pour réussir dans la mode ». « Je suis convaincue que les Rennaises sont stylées », ajoute-t-elle.

Dans la boutique Hyloa comme sur le site, « les pièces sont très pointues et collent aux tendances du moment », souligne Julie Lefeuvre. Pour dénicher les fringues dernier cri, la jeune femme se rend à Paris ou fait ses recherches sur Internet après avoir consulté les catalogues envoyés par les créateurs de mode. « Un énorme travail de veille », indique-t-elle. Quant aux prix, ceux-ci raviront les fashionistas aux fins de mois difficiles. « Ils sont très accessibles », assure la jeune Rennaise en désignant en vitrine une blouse à 35 euros et une paire de baskets à 40 euros.

Une blouse à 35 euros et des baskets à 40 euros

Si la clientèle du site est « assez jeune », Julie Lefeuvre a en revanche observé une légère différence d’âge avec les personnes poussant la porte d’Hyloa depuis trois jours. « On a toujours cette clientèle des "millenials" 18-34 ans mais on a aussi des mères de famille qui cherchent à s’habiller tendance », constate-t-elle.

Jamais à court d’idées, Julie Lefeuvre envisage maintenant des afterworks mensuels pour « mettre à l’honneur les blogueuses rennaises », avant, espère-t-elle, de concrétiser son nouveau projet : « faire une boutique "phygitale" ». Derrière le néologisme se cache un concept mixant ses deux précédentes créations : dans le magasin, il y aura derrière chaque cintre un écran montrant une influenceuse vêtue des fringues en question. Un projet qui nécessitera sans doute un investisseur. Mais chaque chose en son temps, Julie Leufeuvre a déjà du pain sur la planche.