Paris: Avec les étoilés Frédéric Anton et Thierry Marx, la Tour Eiffel promet de retrouver l'appétit

GASTRONOMIE Les chefs étoilés Frédéric Anton et Thierry Marx présentaient ce mardi matin leurs nouvelles offres de restauration pour la Tour Eiffel

Stéphane Leblanc

— 

Les chefs Thierry Marx (au pupitre) et Frédéric Anton (en amorce)
Les chefs Thierry Marx (au pupitre) et Frédéric Anton (en amorce) — S.LEBLANC / 20 MINUTES
  • Les six millions de visiteurs annuels de la Tour Eiffel vont pouvoir retrouver de l'appétit avec une offre de restauration repensée de fond en comble.
  • Frédéric Anton et Thierry Marx, deux chefs étoilés, succèdent à Alain Ducasse dans les deux restaurants.
  • Les menus seront à 190 euros le soir au restaurant gastronomique, et à 100 euros à la brasserie.

Un bar à champagne au sommet, un petit-déjeuner avec vue imprenable, des nouveaux comptoirs sucrés et salés, une guilde des artisans avec la mise en valeur de produits sélectionnés pour la vente à emporter et des espaces repensés sur le plan architectural, afin que chacun puisse manger en profitant de la vue… Les six millions de visiteurs annuels de la Tour Eiffel vont pouvoir retrouver de l’appétit avec une offre de restauration repensée de fond en comble.

Telles sont les innovations présentées ce mardi matin par Frédéric Anton et Thierry Marx, qui succèdent, pour dix ans, à Alain Ducasse à la tête des deux restaurants de la Tour Eiffel. Le gastronomique Jules Verne et la brasserie le 58, font peau neuve, sur le plan culinaire et architectural, même si les travaux ne sont pas finis. Le Jules Verne rouvrira ses portes fin mai, promet Frédéric Anton.

190 euros pour le menu du soir

« On va avoir un sublime restaurant demain, promet le chef qui parle d’allier dans les assiettes « la modernité et un certain classicisme assuré ». Il faudra compter à partir de 190 euros pour cinq plats le soir. Nouveauté : un petit-déjeuner y sera également servi (sur réservation) à partir de 7 h 30 dès septembre.

Pour la brasserie le 58, dirigée par Thierry Marx, l’offre est mise en place dès ce mercredi. « On peut y déjeuner à partir de 30 euros au déjeuner, affirme Patrick Branco Ruivo, le directeur général de la Société d’exploitation de la Tour Eiffel. Mais c’est plus chic et plus cher le soir, autour de 100 euros. « La brasserie, j’aime ce mot, lance de son côté Thierry Marx. C’est l’idée de brasser des produits simples, mais aussi des publics en rendant les premiers accessibles au plus grand nombre. »

Et pour ce faire, la Tour Eiffel promet de rendre ses offres plus accessibles encore, par la création d’une Guilde des artisans, où les produits, sélectionnés deux fois par an par Thierry Marx et ses équipes, seront labellisés et valorisés dans des comptoirs sucrés et salés, un bistrot, et des espaces de vente à emporter complètement renouvelés au rez-de-chaussée. « Les artisans français ont besoin de soutien, rappelle le chef double étoilé. Pour eux, rien de mieux que le rayonnement à l’international qu’offre la Tour Eiffel. »