Photographe, illustrateur, éditeur, architecte d’intérieur… Karl Lagerfeld n’était pas qu’un grand couturier

TOUCHE-A-TOUT Génie de la mode, mais pas que, Karl Lagerfeld a eu de nombreuses activités dans sa vie professionnelle

Claire Barrois

— 

Karl Lagerfeld à son exposition au Tri Postal à Lille en 2008.
Karl Lagerfeld à son exposition au Tri Postal à Lille en 2008. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

85 ans et plusieurs vies. Karl Lagerfeld est décédé ce mardi matin, à l’hôpital américain de Neuilly. Le couturier, directeur artistique de la maison Chanel depuis 1983, avait de nombreuses autres activités dans lesquelles il était reconnu. Retour sur ces talents qui ont en partie échappé au grand public.

  • Photographe. En 1987, Karl Lagerfeld commence à photographier ses propres campagnes. Il le fait avec suffisamment de talent pour se faire un nom, être exposé et voir ses clichés être rassemblés sous forme d’albums par l’éditeur d’art Steidl.
  • Illustrateur. Le grand couturier a mis en dessins le conte d’Anderssen Les habits neufs de l’empereur, au début des années 1990.
  • Libraire. Non, Karl Lagerfeld n’a pas causé littérature depuis son comptoir avec les amateurs de livres parisiens. Mais il a tout de même ouvert une librairie, le 7L, à Paris, en 1999.
  • Editeur. L’année suivante, le libraire pousse plus loin sa logique et devient carrément éditeur. Il crée la maison 7L, spécialisée dans les arts graphiques et la photographie, toujours ouverte, dans le 7e arrondissement de Paris.
  • Ecrivain. Quitte à maîtriser le bout de la chaîne de production, Karl Lagerfeld se lance dans l’écriture en 2000. Le sujet de sa prose ? Un livre intitulé Le meilleur des régimes, vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires dans le monde, qu’il a écrit après avoir perdu plus de 40 kg.
  • Dessinateur de presse. En 2012, Karl Lagerfeld se lance dans une autre facette de l’illustration : Le dessin de presse. Il signe un dessin par mois pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung.
  • Architecte d’intérieur et décorateur. En 2017 et 2018, le couturier aménage et décore d’abord deux suites du Crillon, puis conçoit un hôtel de luxe à Macao.