Céline Dion en pleurs, Karl Lagerfeld «fatigué»... On vous résume les défilés haute couture en cinq publications sur Instagram

MODE Le retour de Balmain, l’absence de Karl Lagerfeld, les larmes de Céline Dion, les slogans féministes de Viktor & Rolf, le sac à dos Givenchy, tout ce qu’il faut retenir des défilés haute couture…

Anne Demoulin

— 

De gauche à droite, le défilé Valentino, Viktor & Rolf et Givenchy.
De gauche à droite, le défilé Valentino, Viktor & Rolf et Givenchy. — Pixelformula/WWD/REX/Shutterstock/SIPA
  • La présentation des collections haute couture s’achève ce jeudi à Paris.
  • La maison Balmain présentait sa première collection couture depuis seize ans. Karl Lagerfeld, « fatigué », n’a pas salué aux deux défilés Chanel, une première depuis 1983. Céline Dion a écumé les défilés parisiens, systématiquement accompagnée de son ami et danseur Pepe Munoz.
  • Tout ce qu’il faut retenir de cette semaine mode.

La plus parisienne des Fashion Week ferme ses portes ce jeudi. Depuis dimanche, les 15 membres permanents du cercle très fermé de la haute couture, les 7 membres correspondants et les 15 membres invités ont présenté leurs collections printemps-été 2019. Tout ce qu’il faut retenir des défilés haute couture.

Le périlleux retour de Balmain

Après plus de seize ans d’absence, la maison Balmain faisait son retour à la haute couture en tant que membre invité. Olivier Rousteing a mis de côté son style sexy, glitter et tape-à-l’œil qui a fait son succès pour faire de son premier défilé couture un vrai laboratoire. Il a présenté des mannequins couverts de peinture blanche habillés dans des pièces aux formes sculpturales. Saluons la démarche et la prise de risque. Hélas, certaines expériences ne fonctionnent pas.

View this post on Instagram

Breathtakingly Balmain #balmaincouture #balmainss2019 #catwalk

A post shared by Rena Tsan (@renatsan_photography) on

Le sac à dos couture de Givenchy

Chic et flamboyante, la collection pour Givenchy est une pure réussite avec ses silhouettes graphiques, épurées et modernes. La créatrice britannique Clare Waight-Keller ose tout et cela lui réussit. Nul doute que son un sac à dos couture intégré dans un immense ruban replace définitivement l’accessoire dans le game !

Karl Lagerfeld absent chez Chanel

Que la villa Chanel semblait bien vide sans lui ! « Fatigué », Karl Lagerfeld a brillé par son absence des deux défilés Chanel, à l’ambiance très XVIIIe siècle, organisés au Grand Palais à Paris ce mardi. Virginie Viard, directrice du studio de création de la maison, mandatée par le couturier, est venue saluer les invités aux côtés de la mariée à la fin du show. Un fait inédit depuis 1983 qui conférait à ce défilé une sorte de nostalgie d’une époque révolue.

Céline Dion émue aux larmes chez Valentino

Céline Dion a écumé les défilés parisiens, systématiquement accompagnée de son ami et danseur Pepe Munoz. On l’a vue chez Vaultier, chez Armani. La chanteuse a fait sensation à la présentation de la collection Ronald Van Der Kemp, vêtue d’un somptueux tailleur-pantalon gris argenté à épaulettes, signé du Néerlandais.

Au défilé Valentino, elle a écrasé une larme. La star n’était ni émue par les créations somptueuses de Pierpaolo Piccioli ou les mannequins stars du défilé mais par le titre The First Time Ever I Saw Your Face qui a résonné. Il s’agit d’un titre que la star avait un jour dédié à son mari René Angélil, lors d’une prestation aux Etats-Unis.

Les slogans de Viktor & Rolf

Des robes complètement folles et des slogans radicalement féministes. Les créateurs néerlandais Viktor Horsting et Rolf Snoeren ont présenté une collection à l’humour décalé. Les longues robes à crinoline, à volants et autres frou-frou, et longues chevelures retombant dans le dos, coutumières de la haute couture, étaient twistées, chaque robe affichait un slogan différent : « No » (« Non »), « I’m not shy I just don’t like you » (« Je ne suis pas timide, c’est juste que tu ne me plais pas »), « Trust me, I’m a liar » (« Fais-moi confiance, je suis une menteuse »), « Go fuck yourself » (« Va te faire foutre »), ou encore « Leave me alone » (« Laissez moi tranquille »). La haute couture à l’ère post-#MeToo.