Carlo Benetton, le plus jeune des frères et soeur ayant créé la marque de vêtements éponyme, est décédé à l'âge de 74 ans.
Carlo Benetton, le plus jeune des frères et soeur ayant créé la marque de vêtements éponyme, est décédé à l'âge de 74 ans. — Jeff Blackler / Rex Fea/REX/SIPA

DECES

Carlo Benetton, l'un des créateurs de la marque éponyme, est décédé à l'âge de 74 ans

Il est mort dans son habitation de Trévise, dans le nord de l’Italie, des suites d’une maladie…

Un décès dans le clan Benetton. Carlo Benetton, le plus jeune des frères et sœur ayant créé la marque de vêtements éponyme, est décédé à l’âge de 74 ans, a-t-on appris ce mardi auprès de l’entreprise. Il est mort dans son habitation de Trévise, dans le nord de l'Italie, des suites d’une maladie. Il était père de quatre enfants.

Avec ses frères Luciano et Gilberto, et sa sœur Giuliana, Carlo Benetton avait fondé l’entreprise en 1965 à Ponzano Veneto, un village du nord-est de la péninsule, d’abord en l’axant sur la maille. L’idée était venue de Luciano, l’aîné de la fratrie, et rapidement, les petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs ont séduit les foules.

Un succès planétaire entre 1982 et 2000

Le succès des « United Colors of Benetton » est ensuite allé grandissant, jusqu’à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires chocs du photographe Oliviero Toscani, comme celle qui montrait une femme noire donnant le sein à un enfant blanc.

Mais, depuis le début de la décennie, la marque, qui s’est diversifiée dans l’habillement, n’a cessé de décliner, ce qui a poussé Luciano Benetton, 83 ans, à en reprendre les rênes cet automne. Il les avait laissées en 2012.

Une perte de 180 millions d’euros

Benetton a terminé 2017 sur une perte de 180 millions d’euros, la plus importante de son histoire, mais espère voir en 2019 les premiers effets de la nouvelle stratégie.

Luciano Benetton avait expliqué en novembre dans le quotidien La Repubblica qu’assister au délitement des « United Colors of Benetton était » une « douleur intolérable ». Selon lui, le « péché le plus grave » a été de quasiment « arrêter de fabriquer des pulls ».

En passant au total look, l’entreprise a perdu ce qui faisait son ADN et a parallèlement peiné à se renouveler alors que d’autres acteurs entraient sur le marché du « fast fashion », comme H & M, Zara ou Uniqlo.