Grenoble : « Le Dauphiné Libéré » frappé par un plan d’économie fermera plusieurs agences

PRESSE Accusant un déficit de quatre millions d’euros, la direction du « Dauphiné Libéré » a décidé de fermer ses agences de Grenoble et Voiron

20 Minutes avec AFP
— 
Prévoyant un déficit de quatre millions d'euros, la direction du « Dauphiné Libéré » a décidé de fermer ses agences de Grenoble et Voiron
Prévoyant un déficit de quatre millions d'euros, la direction du « Dauphiné Libéré » a décidé de fermer ses agences de Grenoble et Voiron — Philippe Merle / AFP

Les journalistes des trois rédactions locales du Dauphiné Libéré (Groupe EBRA) étaient en grève mardi pour marquer leur opposition aux fermetures des agences de Grenoble et Voiron (Isère), envisagées dans le cadre d’un plan d’économie.

Ce plan d’économie doit être présenté fin novembre alors que « pour la première fois de son histoire, le Dauphiné fera des pertes cette année », a précisé à l’AFP le directeur général du quotidien régional Christophe Victor.

« Oui, les journalistes comprennent les contraintes budgétaires (…). Mais aujourd’hui, la rédaction dit NON ! », proteste une lettre ouverte des rédactions concernées en soulignant que le métier « nécessite une présence sur le terrain au quotidien ».

Un déficit de quatre millions d’euros en 2022

Le déficit prévu a été évalué à plus de quatre millions d’euros, lié à la hausse des prix du papier et de l’énergie, mais aussi à la baisse des ventes et à la crise du portage qui affecte tous les titres de la presse régionale, a-t-il détaillé.

Parmi les mesures de redressement à l’étude, la direction envisage de fermer ses deux agences de Grenoble et Voiron afin de rapatrier les rédactions au siège de Veurey-Varoise.

Le plan envisage aussi une rénovation du siège, situé à une quinzaine de kilomètres de Grenoble et actuellement inoccupé à 50 %, selon Christophe Victor. Seule mesure actée, la publication de trois magazines publicitaires « non rentables » a déjà été suspendue, a-t-il dit.

Un premier plan de départ volontaire en 2018

Après un premier plan de départ volontaire en 2018, la question des effectifs journalistes reste aussi « un point de vigilance » pour la rédaction, alors que les recrutements ont été gelés et les postes vacants pourvus par des contrats temporaires, selon la déléguée du SNJ jointe par l’AFP.

La grève qui a mobilisé mardi entre 30 et 40 journalistes, selon une estimation du SNJ, a eu un effet marginal sur le flux d’informations du site Internet et entraînera un regroupement des éditions locales pour la version papier, selon la direction.

Le Dauphiné Libéré fait partie du groupe de presse EBRA (Crédit mutuel) qui comprend 8 autres quotidiens régionaux (L’Alsace, Les Dernières nouvelles d’Alsace, L’Est Républicain, Le Républicain Lorrain, Vosges-Matin, Le Bien Public, Le Progrès et Le Journal de Saône-et-Loire).