Festival de Cannes : « Influenceurs » et « créateurs de contenus » assoient leur présence sur la Croisette

TRES CHERS ABONNES Plus que jamais proches de la Grand-messe de Septième art, qui cherche à se moderniser, les réseaux sociaux pèsent de plus en plus lourd à Cannes

Fabien Binacchi
— 
L'influenceur italien Khaby Lame sur les marches du Palais des festivals, à Cannes, le 19 mai 2022
L'influenceur italien Khaby Lame sur les marches du Palais des festivals, à Cannes, le 19 mai 2022 — AFP
  • L’édition 2022 du Festival de Cannes s’achève ce vendredi soir avec la cérémonie de clôture et la remise des prix.
  • Devenus des armes de promotion massive pour les distributeurs de films et des outils de communication incontournables pour les marques, les réseaux sociaux ont été l’une des stars de la 75e édition du Festival de Cannes.
  • TikTok a remis les prix de son premier concours de courts-métrages et les influenceurs ont défilé sur tous les tapis rouges.

Son partenariat conclu avec TikTok, le Festival de Cannes a pris un virage inattendu cette année. Celui d’un certain renouveau, d’un rajeunissement de son public en tout cas. Décrié par certains puristes, cinéphiles pur jus, ce rapprochement couvait pourtant depuis plusieurs années entre la Grand-messe du Septième art et les réseaux sociaux, devenus des armes de promotion massive pour les distributeurs de films et des outils de communication incontournables pour les marques qui surfent sur l’aura de l’événement. Mais aussi de nouveaux médias de diffusion pour des œuvres à part entière.

De toutes les montées des marches, de chaque soirée, « influenceurs » assumés ou « créateurs de contenus » travaillés ont plus que jamais été présents cette année, jusqu’à la remise de la Palme d’or ce samedi soir. Il y a une semaine, c’est justement les prix du tout nouveau concours #TikTokShortfilm qui étaient remis à des cinéastes nouvelle génération pour des courts-métrages à consommer exclusivement sur smartphone.

« Une nouvelle grammaire visuelle » pour des courts

Un format vertical qui « permet de s’affranchir du poids de toutes ces décennies à l’horizontal et donc de réinventer toute une nouvelle grammaire visuelle », vantait lors du dévoilement du palmarès la réalisatrice française Camille Ducellier, l’une des membres du jury. Elle siégeait notamment aux côtés de la star du réseau social Khaby Lame et du cinéaste franco cambodgien Rithy Panh, président, démissionnaire face aux « pressions » de TikTok pour le choix du palmarès, puis finalement à nouveau président.

Omniprésent sur la Croisette, le réseau chinois n’était pas seul. Instagram a également imposé ses propres « créateurs de contenus », qu’ils aient ou pas (le plus souvent) de rapport direct avec le cinéma, dans le sillage de l’événement. La semaine dernière, l’appli avait pris ses quartiers à quelques kilomètres des tapis rouges, à Théoule-sur-Mer, au Palais Bulles, iconique résidence secondaire de Pierre Cardin, où elle avait réuni près de 600 de ses « stars » confirmées ou en devenir.

Les tapis rouges déroulés sous les pas de ces influenceurs-créateurs

Au programme sur deux jours, des cocktails, des Djs, et des « reels », l’un des formats d’Instagram, à gogo. « Notre présence est logique. Le Festival de Cannes, ce sont des acteurs avec lesquels on travaille de manière très étroite toute l’année, expliquait sur place Edouard Braud, directeur des partenariats créateurs Meta pour la région Europe continentale. Les comédiens partagent leurs expériences de tournage. Tout l’écosystème du luxe et de la mode utilise la plateforme pour sa communication. Et de nombreux de nos créateurs travaillent avec eux. » Normal, donc, que les deux mondes se rencontrent in situ.

Et les tapis rouges ont été largement déroulés sous les pas de ces influenceurs-créateurs. Pas une soirée sans qu’une star des réseaux ne soit invitée à poser dans les photocalls. Le volume d’invitations étant souvent et logiquement proportionnel au nombre d’abonnés. Tout comme les opportunités de business. « Le planning change rapidement à Cannes. Les collaborations se concluent directement sur place. Je ne devais rester que deux jours. On m’a vu en story et on m’a demandé de prolonger mon séjour », expliquait jeudi dernier, Frederico Stauffer, fredstauffer sur les réseaux, connu pour ses formats très travaillés.

Frederico Stauffer, au Palais Bulles à Théoule-sur-Mer
Frederico Stauffer, au Palais Bulles à Théoule-sur-Mer - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Interrogé par l’AFP, l’enseignant-chercheur en économie à l’Inseec, Julien Pillot estimait début mai que Cannes avait « besoin de se moderniser » en « touchant une nouvelle génération ». Le pari est sans doute réussi via ces nouveaux médias. Plusieurs centaines de milliers de publications accompagnées du hashtag #festivaldecannes étaient recensées samedi soir sur Instagram et TikTok.