« 20 Minutes » a 20 ans : Skippers, artistes, chefs... Que sont-ils venus faire dans cette galère ?

AVOIR UN BON COPAIN Au cours de ses 20 premières années d’existence, « 20 Minutes » a soutenu et a été soutenu par de nombreuses personnalités

B.Ch, S.L. et F.H.
— 
Le skipper originaire de Dunkerque Thomas Ruyant, ici à bord de son Imoca LinkedOut.
Le skipper originaire de Dunkerque Thomas Ruyant, ici à bord de son Imoca LinkedOut. — Pierre Bouras / TR Racing
  • Si un large public a tout de suite adhéré à 20 Minutes, il n’en a pas été de même avec les politiques, les artistes, les scientifiques…
  • Heureusement, tout cela a bien changé et aujourd’hui, de nombreuses personnalités font confiance à 20 Minutes.

« 20 ans ? Déjà ? Je vous voyais beaucoup plus jeunes… » Voilà la réaction majoritaire parmi les personnalités que 20 Minutes a contacté pour annoncer son 20e anniversaire. Parfaitement identifié dans le paysage médiatique, avec une notoriété très forte, 20 Minutes garde pourtant une image d’éternel jouvenceau. Il y a peut-être une explication à cela. Si un large public a tout de suite adhéré à 20 Minutes, il n’en a pas été de même avec les politiques, les artistes, les scientifiques… Il a fallu quelques années avant que tous ces braves gens fassent confiance à 20 Minutes en nous accordant, par exemple, des interviews…

Heureusement, tout cela a bien changé et aujourd’hui, de nombreuses personnalités font confiance à 20 Minutes pour des partenariats fructueux. Par exemple, depuis la transat Jacques-Vabre 2019, 20 Minutes vogue sur tous les océans grâce à Thomas Ruyant. Le skipper nordiste est resté fidèle à 20 Minutes pour le Vendée Globe 2020 (6e), en attendant la Route du Rhum 2022 : « C’est une belle maison, à l’image de marque connue et reconnue avec qui on a monté un truc sympa qui ne se fait pas dans le milieu de la voile. »

Poulpe et fantasy

L’écrivain Maxime Chattam ne dit pas autre chose pour expliquer pourquoi il a accepté d’être président du jury du prix 20 Minutes du premier roman : « Ce qui m’a donné envie de participer au prix, c’est l’idée de propager de la culture dans un journal populaire, que tout le monde connaît et auquel tout le monde a accès parce qu’on le trouve partout et qu’il est gratuit. "Culture", "populaire", "tout le monde", ce sont des valeurs qui me parlent. Donc, s’il y a un prix littéraire qui pouvait faire sens à mes yeux, c’était particulièrement celui-ci. L’idée de lancer un prix qui n’a jamais existé avant, de pouvoir voir comment ça émerge au sein d’une rédaction, comment ça fonctionne… En plus, la première année, le prix a été décerné à un roman d’aventures et de fantasy. J’étais très surpris, mais très fier qu’on ait pu aller jusqu’au bout de notre démarche et de nous dire que même si le genre appartient à une niche, on récompense avant tout la qualité d’un texte qui est créatif, avec des personnages qui sont forts, avec une écriture qui existe ; une romancière qui a un potentiel, pas seulement pour un livre, mais pour une carrière. »

Dans un autre registre, au printemps 2019, Juan Arbelaez a choisi 20 Minutes pour annoncer  qu’il arrêtait de cuisiner le poulpe, il n’imaginait pas la déflagration que provoquerait cette annonce. « Cette histoire de poulpe, on m’en parle encore aujourd’hui », souligne le chef qui a senti, à l’époque, qu’il fallait laisser un temps de pause à cette espèce dont il cuisinait une tonne par mois et qui commençait à être menacée par la surpêche. « On m’a félicité et soutenu dans mon initiative, se souvient-il. Certains m’ont blâmé aussi, parce qu’avec le réchauffement climatique, les poulpes remontent désormais jusqu’à la Bretagne et la Normandie pour s’en prendre aux coquilles saint-jacques et aux homards… En tout cas, les réactions que cela suscite depuis trois ans montrent bien la puissance de 20 Minutes ! »

Angèle et Sara

D’autres artistes gardent sans conteste un souvenir fort de 20 Minutes, la saveur de la première fois… Parmi les nombreux artistes que 20 Minutes a participé à révéler au grand public, il y a notamment Orelsan. Les coulisses de sa première interview avec un média national sont racontées dans le documentaire Ne montre ça à personne (avec un petit tacle au journaliste au passage, pas merci Aurélien) qui retrace sa carrière. Un peu plus récemment, Angèle a été suivie de près par 20 Minutes. Quand elle a commencé à faire parler d’elle, tout est allé très vite pour la chanteuse belge. 20 Minutes était dans la salle de son premier show case, pour le MaMA Festival, comme à peu près tous les professionnels de la musique venus lui proposer des contrats en or… Ce n’était pas bien difficile de flairer un futur phénomène, que nous avons choisi, dès ses premiers singles, de mettre en Une de 20 Minutes, la première Une dans un média national pour Angèle. Mais alors qu’est-ce qui a fait la différence pour que, lors de la sortie de son second album et d’un documentaire autobiographique sur Netflix, Angèle choisisse 20 Minutes  pour sa première interview post-coming out ? « A chaque fois qu’on a fait une interview ensemble, j’ai senti une attention à ma musique et à ma sensibilité, racontait la chanteuse en préambule de cette interview. C’est très rare parmi les médias à grosse audience et ça m’a toujours marqué. »

En novembre 2003, une frêle actrice à la spontanéité explosive crève l’écran, c’est Sara Forestier dans L’Esquive d’Abdellatif Kéchiche. Un tempérament de feu sur lequel 20 Minutes est prêt à miser un billet bien avant le succès public du film et le César du meilleur espoir féminin. Il y a une habitude, comme un jeu, à vouloir révéler les jeunes talents chez 20 Minutes et qui s’est affinée avec le temps. Dix-huit ans après Sara Forestier, 20 Minutes a ainsi consacré un joli portrait à Anamaria Vartolomei, l’actrice de L’Evénement d’Audrey Diwan. Elle aussi obtiendra, en 2022, le César du meilleur espoir féminin.

Mais au-delà de ce travail de défrichage, 20 Minutes s’est aussi amusé à proposer des projets un peu fous aux artistes qui nous accordaient leur confiance. Si on ne devait se souvenir que d’un seul, ce serait le reportage au château de Versailles avec Philippe Katerine, pour l’exposition Murakami, que le chanteur avait accepté d’illustrer avec ses propres dessins. Un trublion iconoclaste et joyeux dans l’allée des rois, une belle métaphore de l’histoire de 20 Minutes en somme.

YouTube et 20 Minutes

Si vous traînez un peu sur YouTube, vous connaissez peut-être Cyrus North. Ou bien Julien Ménielle et son émission Dans ton corps. Mais à coup sûr, vous connaissez Cyprien. Le point commun de ces youtubeurs bien établis ? Ils sont tous les trois passés par 20 Minutes pour faire leurs armes. Cyprien a lancé le Rewind, un programme court d’infos insolites en vidéo. Le format a ensuite été incarné par Samuel Robbé puis Cyrus North. Julien Ménielle pour sa part a effectué sa mue de journaliste ex-infirmier à youtubeur santé en prenant la direction du service vidéo de 20 Minutes quelques années. Témoin de l’essor de YouTube en tant que média, 20 Minutes a aussi été acteur en fournissant plusieurs de ses membres les plus créatifs.