BFMTV : Yannick Jadot annule son interview chez Jean-Jacques Bourdin, accusé d’agression sexuelle

POLITIQUE Après la saillie de Valérie Pécresse, Yannick Jadot a préféré annuler son entretien avec l’intervieweur de BFMTV et RMC

20 Minutes avec AFP
— 
Yannick Jadot chez Jean-Jacques Bourdin le 25 juin 2021
Yannick Jadot chez Jean-Jacques Bourdin le 25 juin 2021 — Capture d'écran/BFMTV

Combien de temps Jean-Jacques Bourdin restera-t-il à l’antenne de  BFMTV et RMC ? Les décisions des hommes et des femmes politiques face à  l'accusation d'agression sexuelle à l'encontre de l'intervieweur star​ pourraient bousculer le traitement médiatique de la campagne présidentielle. Le candidat écologiste  Yannick Jadot a annulé un entretien prévu vendredi matin avec le journaliste, visé par une enquête pour des soupçons d’agression sexuelle, a-t-il confirmé à l’AFP.

« Oui, on a fait ce qu’on devait faire », a commenté auprès de l’AFP l’eurodéputé en marge d’un déplacement à Colombes (Hauts-de-Seine), à l’ouest de Paris, confirmant une information révélée de L'Obs. « On ne voulait pas fanfaronner là-dessus en disant : regardez comme je suis vertueux », a complété l’entourage du candidat pour justifier l’absence de communication initiale sur la raison de cette annulation.

C’est finalement l’industriel Michel-Edouard Leclerc qui a été interrogé vendredi matin par le journaliste visé par une enquête à la suite d’un dépôt de plainte pour agression sexuelle par une ancienne journaliste de BFMTV et RMC.

Le précédent Valérie Pécresse

Mardi, la candidate LR Valérie Pécresse avait participé à une autre émission de Jean-Jacques Bourdin, en soirée depuis la Corrèze. Mais elle avait tenu à dire un « propos introductif » sur les violences faites aux femmes, assurant face au journaliste que « la loi du silence, c’est fini ».

Visiblement ému, Jean-Jacques Bourdin avait répondu qu’il avait décidé « de ne pas (s)'exprimer à ce sujet ». « Mais je conteste les faits rapportés par la presse et je laisse la justice faire son travail », avait-il ajouté.

Après la révélation dans Le Parisien samedi dernier d’une plainte pour agression sexuelle pour des faits datant de 2013, la direction d’Altice Media, propriétaire de la chaîne, avait soutenu l’animateur âgé de 72 ans tout en se disant prête à prendre « toutes les mesures qui pourraient s’imposer » en fonction de « l’évolution » de cette affaire.