Manifestation anti-pass : Alors que l’AFP porte plainte, Florian Philippot « condamne » l’agression des journalistes

LIBERTE DE LA PRESSE L’agence de presse doit déposer plainte ce lundi au nom de ses deux journalistes pour « violences volontaires en réunion » et « menaces de mort » concernant des faits survenus samedi à Paris

20 Minutes avec AFP
— 
Florian Philippot (au centre) lors de la manifestation contre le passe sanitaire, à Paris, le 15 janvier 2021.
Florian Philippot (au centre) lors de la manifestation contre le passe sanitaire, à Paris, le 15 janvier 2021. — Christophe ARCHAMBAULT / AFP

L’Agence France Presse doit déposer une plainte ce lundi auprès du procureur de la République, au nom de ses deux JRI (journalistes reporters d’images) pour « violences volontaires en réunion » et « menaces de mort », et en son nom pour « entrave à la liberté d’expression ».

Samedi, les deux reporters et leurs deux agents de protection rapprochée ont été violemment pris à partie et menacés de mort alors qu’ils couvraient un rassemblement anti-  pass vaccinal organisé par le mouvement Les Patriotes de  Florian Philippot, à Paris. La société qui emploie les deux agents va aussi porter plainte de son côté.

Depuis que ces faits ont été révélés, ils suscitent de nombreuses réactions du côté des personnalités politiques. « Ces violences sont intolérables. Empêcher les journalistes de faire leur travail est une attaque contre notre démocratie », a déploré ce lundi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.



« Je condamne totalement l’agression qui a eu lieu contre une journaliste de l’AFP », a déclaré sur CNews Florian Philippot. « Il y a eu une petite défaillance manifestement, temporaire » de la sécurité, a ajouté le candidat pro-Frexit à la présidentielle.

« L’AFP dénonce la banalisation des agressions contre ses équipes »

Selon les journalistes, une cinquantaine de personnes ont tenté de s’en prendre à la vidéaste de l’AFP, répondant à l’appel d’un individu cagoulé avec un mégaphone. Les agents de protection se sont interposés, mais ont été frappés à coups de matraque. L’équipe a été menacée de mort, et l’un des agents de sécurité a reçu une bouteille sur la tête, entraînant une plaie au crâne.

« L’AFP dénonce la banalisation des agressions, verbales et maintenant physiques, contre ses équipes et s’inquiète du nouveau degré de violence atteint », a affirmé dimanche le PDG de l’agence, Fabrice Fries.

Il s’agit de la deuxième agression d’une équipe de l’AFP couvrant des manifestations contre le pass sanitaire en l’espace de quelques mois. En juillet 2021, deux JRI avaient reçu des crachats et injures lors d’une précédente manifestation organisée par Florian Philippot.