Nicolas Canteloup écarté d’Europe 1 : « Pour moi, c’est fini Europe 1 ! », réagissent les internautes

EVICTION Europe 1 a décidé de se séparer de son humoriste emblématique, Nicolas Canteloup, qui officiait dans sa matinale depuis 2005

L. Be. avec AFP
— 
Nicolas Canteloup a été écarté d'Europe 1.
Nicolas Canteloup a été écarté d'Europe 1. — Jacques BENAROCH/SIPA

C’est l’éviction de trop pour beaucoup d’auditeurs. Europe 1 a décidé de se séparer de son humoriste emblématique, Nicolas Canteloup, qui officiait dans sa matinale depuis 2005, a annoncé jeudi son producteur Jean-Marc Dumontet. Il s’était récemment montré très critique à l’égard de Vincent Bolloré, premier actionnaire du groupe Lagardère.

Patrick Cohen, Pascale Clark, Anne Roumanoff, Bertrand Chameroy, Matthieu Belliard, Emilie Mazoyer, Wendy Bouchard… Les départs consentis ou forcés se sont enchaînés ces dernières semaines au sein de la radio, dont certaines voix vont être remplacées par des personnalités de CNews. La radio et la chaîne mettront en place une émission commune à la rentrée. La colère est visible parmi la centaine d’auditeurs historiques qui ont répondu à notre appel à témoignages.

Une grève d’ampleur inédite en juin

« Il y a tant de talents déjà partis ! Quel gâchis ! Et Nicolas Canteloup maintenant, c’est affreux ! (…) . Vu la grille de rentrée qui s’annonce, je n’écouterai plus ma station préférée… », déclare Danièle. Même réaction du côté de d’Anne qui dit adieu à la radio : « Pour moi fini Europe 1, pas seulement à cause du départ de Canteloup, mais de toutes les évictions ».

Europe 1 a été secouée par une grève d’ampleur inédite de cinq jours au mois de juin, lancée pour protester contre le rapprochement entre la radio et CNews, chaîne d’information, devenue sous l’impulsion de son propriétaire Vincent Bolloré un média « d’opinion opportuniste et racoleur », selon la société des rédacteurs et l’intersyndicale (SNJ-CGT-CFTC-FO). Et les internautes ne manquent pas de mettre directement en cause le propriétaire de la chaîne d’information en continu, désormais premier actionnaire d’Europe 1.

« Quel fléau ce Bolloré »

« Après cinquante ans de fidélité à Europe 1, le départ de Canteloup est la goutte d’eau de trop. Je désinstalle l’appli et passe à autre chose. Quelle tristesse et quel fléau ce Bolloré », déplore François. « Ne peut-on pas trouver un moyen légal de mettre fin à ce climat de terreur mis en place par ce M. Bolloré ? », s’interroge Alain tandis que Sébastien met en cause le manque d’humour de « Bolloré & consort ». « C’est aussi une preuve de médiocrité et d’absence d’intelligence CQFD », critique-t-il.

Si certains, minoritaires, nagent à contre-courant, comme Philippe, pour qui il n’est pas nécessaire d’en faire « une affaire politique », la plupart des auditeurs renoncent à leur radio. Le départ de l’humoriste n’est pas une très bonne nouvelle pour les audiences de la station qui peine à trouver son public depuis plusieurs années.

Selon les chiffres de Médiamétrie, qui a dévoilé en avril les derniers résultats d’audience radio sur la vague janvier-mars 2021, la station du groupe Lagardère a commencé l’année en perdant 200.000 auditeurs sur un an. Si sur les mois d’avril à juin 2021, Nicolas Canteloup avait perdu 104.000 habitués, il réunissait toutefois 767.000 auditeurs par jour, rappelle Le Parisien. Un catalyseur d’audiences pour la radio.