Des ex-journalistes de « Science et Vie » lanceront leur propre mensuel scientifique fin juin

MEDIAS Fin mars, neuf journalistes travaillant pour « Science et Vie », dont la quasi-totalité des rédacteurs titulaires, avaient officialisé leur démission, en signe de désaccord avec le propriétaire du titre

20 Minutes avec AFP
— 
La quasi totalité des journalistes de "Sciences et Vie" a démissionné.
La quasi totalité des journalistes de "Sciences et Vie" a démissionné. — Capture d'écran site de "Science et Vie"

Une nouvelle aventure commence pour les anciens de Science et Vie. Récemment partis du magazine pour préserver leur indépendance éditoriale, une dizaine de journalistes lanceront fin juin un nouveau mensuel scientifique, Epsiloon, en collaboration avec le groupe spécialisé dans la presse jeunesse, Unique Heritage Media (UHM), ont-ils annoncé lundi.

Fin mars, neuf journalistes travaillant pour Science et Vie, dont la quasi-totalité des rédacteurs titulaires, avaient officialisé leur démission. En cause, des désaccords avec le sulfureux groupe Reworld Media, propriétaire du titre depuis l’été 2019, concernant notamment la gestion du site Internet par des chargés de contenus non-journalistes.

Leur nouvelle publication explorera « le monde à toutes les échelles »

Tous ont décidé de se lancer dans l’aventure Epsiloon aux côtés d’Hervé Poirier, ancien directeur de la rédaction de Science et Vie parti l’automne dernier après 21 ans de maison, et Mathilde Fontez, l’ancienne rédactrice en chef adjointe qui l’a suivi en janvier. Au total, une quinzaine de journalistes – tous passés par le magazine centenaire – , dont 8 permanents, y participent, a expliqué ce tandem à l’AFP.

Astronomie, climat, technologie, archéologie… Leur nouvelle publication explorera « le monde à toutes les échelles, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, du phénomène le plus élémentaire au plus complexe, du sujet le plus profond au plus léger », promet un communiqué de presse.

D’où son nom, référence à la lettre grecque qui, en mathématiques, « désigne le tout petit » et « l’immensément grand », avec un double O, innovation orthographique permettant un logo sous la forme du symbole ?, qui représente l’infini.

Un premier numéro tiré à 100.000 exemplaires

Avec sa maquette « plus épurée » qui remet « les histoires au premier plan », Epsiloon se veut « plus moderne » et « dynamique » que le « vénérable » Science et Vie, selon Mathilde Fontez. Vendu 4,90 euros, le premier numéro sera tiré à 100.000 exemplaires, a déclaré à l’AFP Emmanuel Mounier, le président d’UHM (Le Journal de Mickey, National Geographic Kids…), polytechnicien et lecteur assidu de Science et Vie « depuis l’âge de 10 ans ».

Une campagne de pré-abonnements est en outre lancée dès lundi et jusqu’au 10 juin sur la plateforme de financement participatif Ulule, avec un objectif affiché de 1.500 abonnés, 25.000 étant nécessaires à la rentabilité du titre pour lequel UHM investit « un peu plus d’un million d’euros », selon Emmanuel Mounier. En cas de succès, des hors-séries, un site Internet ou encore des podcasts seront développés l’année prochaine.

Ce lancement est soutenu par une flopée de personnalités qui s’étaient émues de la situation à Science et Vie, de l’astrophysicienne Françoise Combes au mathématicien Cédric Villani, en passant par le designer Philippe Starck et l’acteur Thierry Lhermitte.