Volkswagen « regrette » la confusion créée par son poisson d’avril anticipé

PUB Le constructeur allemand avait annoncé que sa filiale américaine allait s’appeler « Voltswagen », mais il s’agissait d’un coup marketing pour promouvoir son SUV électrique

20 Minutes avec AFP

— 

Le ID.4 est le premier SUV 100% électrique de Volkswagen.
Le ID.4 est le premier SUV 100% électrique de Volkswagen. — Lu Hongjie / Costfoto/Sipa USA/SIPA

Cet article a été mis à jour à 21 heures avec les « regrets » de Volkswagen

Son poisson d’avril anticipé a un peu trop bien marché. Le constructeur allemand Volkswagen a dit mercredi « regretter » que son canular annonçant un changement de nom aux Etats-Unis au profit de « Voltswagen » ait dépassé le cadre du coup commercial en trompant de nombreux journalistes qui ont exprimé leur colère.

L’AFP a fait connaître sa désapprobation de la méthode employée, qualifiée d'« abus de confiance très grave » par le directeur de l’information Phil Chetwynd. Dans un communiqué mercredi, Volkswagen a expliqué que sa fausse annonce de la veille était « une campagne de marketing ». « Nous regrettons si nous avons dépassé l’objectif de la campagne aux yeux de certains », explique le directeur de la communication du groupe, Christoph Ludewig, dans une déclaration écrite.

Poisson d’avril avec 48 heures d’avance

Volkswagen a mis fin à la confusion mardi soir : contrairement à ce qui avait été annoncé officiellement plus tôt dans la journée, le groupe ne se rebaptisera pas « Voltswagen » aux Etats-Unis. C’était une blague du 1er avril, a confirmé un porte-parole à l’AFP.

Le vénérable constructeur allemand avait surpris en affirmant vouloir changer le nom de sa filiale dans le pays en « Voltswagen of America » pour symboliser son virage vers l’électrique. Tout avait été fait pour donner à cette annonce un caractère officiel, entre communiqué sur le site américain et changement du compte Twitter. Elle a été largement relayée dans les médias, y compris par l’AFP.

Un porte-parole aux Etats-Unis, interrogé par l’agence, avait même confirmé mardi le contenu du communiqué. Mais cette information, dévoilée à l’avant-veille d’une journée connue pour ses traditionnels canulars et au moment où le groupe lance un nouveau véhicule électrique aux Etats-Unis, a aussi suscité des doutes. Un autre porte-parole du groupe a confirmé mardi soir à l’AFP qu’il s’agissait bien d’une supercherie. Le magazine financier Barrons a même publié une longue analyse expliquant que ce changement de nom était un « big deal ».

L’action en forte hausse

Cette blague – dénoncée par certains seulement quatre ans après le Dieselgate – a en tout cas séduit les marchés : l’action Volkswagen a gagné 4 % à Francfort et bondi de 8 % à Wall Street. Difficile de savoir si le poisson d’avril a vraiment eu un impact : le titre VW s’est envolé de 60 % depuis le 1er janvier, notamment grâce au lancement du SUV électrique ID.4 et à l’optimisme des analystes.

Selon le Wall Street Journal, le changement de nom serait d’ailleurs une blague au service d’une campagne promotionnelle pour le lancement du véhicule aux Etats-Unis.