La confiance dans les médias s’améliore légèrement, à la faveur de la crise sanitaire

CANARD Le baromètre annuel de « La Croix » sur la confiance des Français et des Françaises dans les médias montre une amélioration mais le niveau de confiance reste bas

R. G.-V. avec AFP

— 

Dans l'open space de la rédaction de l'AFP. (archives)
Dans l'open space de la rédaction de l'AFP. (archives) — LOIC VENANCE / AFP

La confiance des Français envers les médias a légèrement remonté, mais l’opinion est très partagée sur le traitement médiatique de la pandémie de Covid-19, d’après le baromètre annuel réalisé par Kantar pour le quotidien La Croix, publié ce mercredi. Premier enseignement de ce sondage lancé en 1987 et dont la nouvelle mouture a été réalisée du 7 au 11 janvier, l’intérêt des Français pour l’actualité a rebondi de 8 points à 67 %, après être tombé l’an dernier à un niveau historiquement bas.

La crédibilité des médias se redresse quant à elle légèrement pour la deuxième année consécutive, après avoir touché un plus bas absolu en pleine crise des « gilets jaunes », même si elle reste à des niveaux très faibles. La radio arrive toujours en tête : 52 % des Français, soit 2 points de plus que l’an dernier, jugent qu’elle diffuse des nouvelles fidèles à la réalité, devant les journaux (+2 points à 48 %) et la télévision (+2 points à 42 %). Enfin la crédibilité d’internet (mesurée depuis 2005) se requinque plus nettement mais reste encore très basse (+5 points à 28 %).

Un avis très partagé sur le traitement médiatique du Covid-19

« On voit un retour modéré de la confiance accordée par les Français aux médias », a résumé lors d’une conférence de presse Guillaume Caline, de Kantar, pour qui cette timide embellie est sans doute le reflet du travail d’information autour de la pandémie. « Pendant toute cette période, il n’y a pas eu de rupture [de l’activité médiatique], les journalistes ont continué à faire leur travail et à informer, ce qui est essentiel pour le fonctionnement d’une démocratie », a commenté Pascal Ruffenach, président du directoire du groupe Bayard, la maison mère de La Croix.

Cependant, interrogés sur le traitement de l’épidémie de Covid-19 dans les médias, les Français se montrent extrêmement partagés : 44 % d’avis positifs contre 43 % d’opinions négatives. Parmi les principaux reproches : le fait d’avoir donné trop d’importance à des non spécialistes (pour 73 % des sondés) et dramatisé les événements (66 %). En outre, 74 % des Français jugent que les médias ont trop parlé du Covid-19. Neuf Français sur dix pensent en revanche avoir été bien informés sur les gestes barrières et le port du masque, et plus de trois sur quatre concernant les règles du confinement et du déconfinement.

« Ce sondage montre que les médias ont fait une vraie info-service de qualité » durant cette crise sanitaire, plébiscitée par le public, a estimé le sociologue des médias Arnaud Mercier. Mais pour lui « il y a un échec d’une partie des médias dans le choix des personnes qui ont été invitées » à la télévision. Autre écueil selon lui, la question de l’hydroxychloroquine : « Un certain nombre de médias sont tombés dans un travers, avec une confusion entre les désaccords factuels entre scientifiques » et « une polémique de nature politique. »