Le dessinateur Plantu quitte le journal «Le Monde»
Le dessinateur Plantu quitte le journal «Le Monde» — ISOPIX/SIPA

CLAP DE FIN

Départ de Plantu : Le dessinateur quittera « Le Monde » fin mars, et ça n’a « rien à voir » avec la polémique Gorce

Plantu met fin à une collaboration de près de 50 ans avec le journal, soulignant que son départ « était prévu depuis longtemps »

Un dessinateur, puis l’autre… Après la polémique autour du dessinateur Xavier Gorce, aboutissant à son départ du journal Le Monde, son collègue Plantu, autre pilier historique du journal, a confirmé vendredi à l’AFP son départ du quotidien le 31 mars prochain.

Plantu a confirmé une annonce qu’il avait faite la veille au soir lors de l’émission Arrêt sur images. Il met fin à une collaboration de près de 50 ans avec le journal, soulignant que son départ « était prévu depuis longtemps ».

Cartooning for Peace le remplacera

« Le 31 mars, je serai remplacé par des dessins de Cartooning for peace​, l’association que j’ai créée avec Kofi Annan il y a 15 ans », et, en fonction de l’actualité, il y aura « un dessin américain, russe, vénézuelien, algérien », a-t-il déclaré à l’AFP.

Le célèbre dessinateur a souligné que cette solution avait été arrêtée d’un commun accord avec le directeur du Monde, Jérôme Fénoglio, et Cartooning for peace : « On a 52 nations représentées dans Cartooning for Peace », ce qui permettra d’avoir chaque jour un dessinateur d’un pays différent, avec son approche propre, a-t-il expliqué.

Plantu dit son soutien à Xavier Gorce

« Ça fait dix ans que je demandais au directeur du Monde qu’un petit jeune me remplace », a-t-il dit, soulignant au passage son plein soutien à son collègue Xavier Gorce.

Ce dessinateur avait annoncé mercredi qu’il ne travaillerait plus pour le journal, jugeant que « la liberté ne se négocie pas », après que le quotidien eut qualifié d'« erreur » la publication d’un de ses dessins sur l’inceste, qui avait choqué des internautes.

Un crayon railleur et décalé

« Je le soutiens mordicus, j’adore son style. On doit militer pour le décalage (dans l’humour). Le sérieux est en train de nous envahir, c’est le choléra de l’imaginaire », a affirmé Plantu, reprenant une phrase que lui avait dite l’humoriste récemment décédé Guy Bedos.

Ardent militant de la liberté d’opinion, Jean Plantureux dit « Plantu », qui va avoir 70 ans en mars, a croqué chaque jour l’actualité à la Une du Monde avec un crayon railleur et décalé.