« La Familia grande » : Camille Kouchner accuse Olivier Duhamel d’avoir abusé son frère jumeau

ABUS SEXUELS Dans un livre à paraître jeudi, Camille Kouchner relate les faits d'inceste au sujet desquels sa famille se déchire en privé depuis une trentaine d'années

F.R.

— 

Olivier Duhamel en mai 2016, à la FNSP.
Olivier Duhamel en mai 2016, à la FNSP. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Un an après Le Consentement de Vanessa Springora, qui a déclenché « l’affaire Matzneff », un nouveau livre, révélant des faits de pédocriminalité, se retrouve au premier plan de l’actualité.

Dans La Familia grande, qui paraîtra jeudi aux éditions du Seuil, la juriste Camille Kouchner raconte  l’inceste autour duquel sa famille se déchire depuis plusieurs décennies. Comme le relate Le Monde, qui révèle l’information ce lundi, l’autrice accuse son beau-père, Olivier Duhamel, 70 ans d’avoir abusé de son frère jumeau à partir de la fin des années 1980, alors que ce dernier, nommé « Victor » au fil des pages afin de protéger son identité, était adolescent.

« Je vous confirme que ce que ma sœur a écrit à propos des agissements d’Olivier Duhamel à mon égard est exact », a assuré le désormais quadragénaire au quotidien du soir.

« Pourquoi aurait-il le droit de vivre hors de cette réalité ? »

Olivier Duhamel est un célèbre politologue et constitutionnaliste, habitué des plateaux de télévision. Il coanime également tous les samedis sur Europe 1 l’émission Mediapolis. Au début des années 1980, il s’est mis en couple avec Evelyne Pisier, sœur de l’actrice Marie-France Pisier et ex-épouse de Bernard Kouchner avec lequel elle a eu trois enfants : Julien, en 1970, puis Camille et « Victor » en 1975.

Selon Le Monde, Olivier Duhamel ignorait tout, jusqu’à dimanche, de la publication du livre l’accusant. Contacté par le journal, il n’a fait aucun commentaire. Ce lundi, sur Twitter, il a annoncé sa démission de la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP). « Etant l’objet d’attaques personnelles, et désireux de préserver les institutions dans lesquelles je travaille, j’y mets fin à mes fonctions », a-t-il simplement écrit.

Les faits relatés dans le livre sont frappés de prescription, mais Camille Kouchner dit avoir voulu rendre compte de l’emprise qu’exerçait, dit elle, cet homme sur ses frères et elle : « Pourquoi aurait-il le droit de vivre hors de cette réalité quand, moi, elle me hante ? »