Brain Magazine ferme son site Internet pour se transformer en newsletter payante

MEDIAS Le nouveau projet, baptisé « Brain matin », sera envoyé par mail aux abonnés à 11 heures

20 Minutes avec AFP

— 

Brain Magazine ferme son site Web pour se transformer en newsletter payante.
Brain Magazine ferme son site Web pour se transformer en newsletter payante. — Capture d'écran du site Brain Magazine

La fin d’une époque, et le début d’une nouvelle ère. Brain magazine, média décalé et adepte du «  LOL » spécialisé dans les infos culturelles et sociétales, va fermer son site Web gratuit le 1er décembre pour renaître en newsletter payante. Le nouveau projet, baptisé « Brain matin », sera envoyé par mail aux abonnés à 11 heures.

« Fatigué des changements d’algorithme toutes les trois semaines »

Connu pour l’humour potache de ses « page pute » (adaptée en chronique télé sur Canal+) et « page président », Brain Magazine a été créé en 2007 et se présente comme un « pur produit d’Internet », « queer et joyeux, qui s’amuse toujours autant à inventer des contenus impertinents, drôles et bizarres » mais qui est « aujourd’hui fatigué de l’écosystème dans lequel il est tenu d’évoluer ».

« Fatigué des changements d’algorithme toutes les trois semaines. Fatigué des trolls nazis qui envahissent nos réseaux dès qu’on parle des femmes ou des LGBT+, soit un article sur trois (…) Fatigué de la tyrannie grandissante des GAFA sur les médias, dont le pouvoir croît à mesure que la presse s’enfonce toujours un peu plus dans la crise », énumère l’équipe dans un billet publié ce mardi.

« S’éloigner au maximum de la construction classique de l’information politique »

Fragilisée par la crise sanitaire, l’équipe a été réduite à quatre personnes et ne pouvait plus s’en sortir sans l’aide de ses lecteurs, selon ce billet. Le nouveau projet, proposé à quatre euros par mois, reposera sur une dizaine de journalistes et sera maquetté par un duo de graphistes.

Il proposera de l’info. « Des journalistes politiques, déçus des médias traditionnels, ont rejoint notre rédaction pour analyser et enquêter sur la politique française. Avec une double volonté : être à la fois indépendant éditorialement et avoir une vision qui s’éloigne au maximum de la construction classique de l’information politique », promet Brain.

Mais aussi des longs formats sur la pop culture, le ciné et la musique ainsi que « l’institution Page Pute » et proposera à ses abonnés l’accès à des événements et conférences.