CNews : Le CSA signale les propos d’Eric Zemmour au procureur de la République

JUSTICE D’après « Les Jours », la responsabilité de CNews serait également engagée dans la diffusion des propos de son éditorialiste

C.R.

— 

Eric Zemmour dans « Face à l'info » le 29 septembre 2020
Eric Zemmour dans « Face à l'info » le 29 septembre 2020 — © CNews/Capture d'écran

Une intervention en moins de 48 heures. Deux jours après la diffusion de l’émission Face à l’info, animée par Christine Kelly et donnant la parole à Eric Zemmour au quotidien, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel prend les devants. D’après les informations du site Les Jours, le CSA a déclenché l’article 40 du code de procédure pénale.

Ce texte exige que « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République. » La ministre Elisabeth Moreno, quant à elle, a également demandé à la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT de saisir le procureur de la République.

Dans le numéro diffusé le mardi 29 septembre sur CNews, l’éditorialiste a qualifié les migrants mineurs de « voleurs », « assassins » et « violeurs ». Le parquet de Paris a ouvert une enquête ce jeudi 1er octobre, pour « provocation à la haine raciale » et « injures publiques à caractère raciste. »

Un précédent l’an dernier

Par ailleurs, l’émission étant enregistrée et diffusée en différé, la responsabilité de la chaîne serait également engagée, explique Les Jours. L’an dernier, le CSA avait déjà transmis les éléments en sa possession au procureur de la République en rapport avec la diffusion de la « convention de la droite », organisée le 28 septembre 2019. Les propos concernés étaient déjà ceux d’Eric Zemmour, retransmis sur LCI.

Pour rappel, l’éditorialiste et chroniqueur a été condamné, il y a moins d’une semaine, à 10.000 euros d’amende pour injure et provocation à la haine, suite à ces mêmes propos tenus lors de la « convention de la droite ».