France Télévisions, Radio France, INA... L'audiovisuel public lance une grande consultation auprès des Françaises et Français

PARTICIPATIF Il s'agit de sonder les attentes du public et renforcer le dialogue avec lui

20 Minutes avec AFP

— 

France Télévisions et d'autres médias publics lancent une grande consultation auprès des Françaises et Français
France Télévisions et d'autres médias publics lancent une grande consultation auprès des Françaises et Français — FTV / Cap Collectif

Les médias de l’audiovisuel public lancent lundi une grande consultation citoyenne pour sonder les attentes des Françaises et Français et renforcer le dialogue avec elles et eux, avec un dispositif élargi par rapport à une précédente opération menée en 2018. La quasi-totalité des entreprises de l’audiovisuel public participent à cette démarche : à France Télévisions et Radio France (déjà à l’origine de la grande consultation il y a deux ans), se sont joints France Médias Monde (RFI, France 24…), TV5MONDE et l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Cette consultation participative sera réalisée avec l’institut OpinionWay, précise un communiqué publié lundi. Les citoyennes et citoyens sont invités à participer via le site www.nosmediaspublics.fr. Les résultats seront annoncés fin 2020.

Des questions très ouvertes

Les questions posées dans cette nouvelle consultation recouvrent un large spectre et sont volontairement très ouvertes, comme par exemple faire part de sa « plus belle découverte à la radio, à la télévision, sur Internet », donner son avis sur les offres de l’audiovisuel public pendant le confinement, ou plancher sur le rôle des médias publics « dans la société au cours des prochaines années ». Et des questions thématiques visent à cerner les attentes en matière d’information, de proximité, d’éducation, de diversité, mais aussi de sport, jeunesse, fictions, divertissements…

Il y a deux ans, les citoyennes et citoyens consultés par France Télévisions et Radio France s’étaient prononcés pour que la priorité soit donnée à l’investigation et à la lutte contre les fausses informations. Elles et ils avaient également souhaité une plus grande diversité sur les antennes, en termes de culture, d’opinions, d’origine sociale et géographique, d’âge et de genre.