France 4 : La ministre de la Culture Roselyne Bachelot confirme le report d'un an de l'arrêt de la chaîne

TELEVISION France Ô cessera quant à elle d’être diffusée à partir du 23 août

C.W. avec AFP

— 

Illustration France 4.
Illustration France 4. — SOLAL/SIPA

France 4 est fixée sur son avenir. A la suite d’une décision prise par la ministre de la Culture Françoise Nyssen en 2018, la chaîne de France Télévisions devait cesser d'émettre le 9 août prochain. Le même sort devait également être réservé à France Ô.

Mais comme le révélait lundi le Parisien , Roselyne Bachelot, la nouvelle ministre de la culture, en a décidé autrement. Si France Ô fermera définitivement le 23 août, « au terme du plein déploiement du pacte de visibilité pour les Outre-Mer », France 4 va bénéficier d’un sursis d’un an. La raison ? « Assurer la transition nécessaire à la montée en puissance de l’offre jeunesse délinéarisée de France Télévisions ».

« Un instrument essentiel de soutien à la continuité pédagogique »

Une décision de report qui est bel et bien l’une des conséquences de la crise du Covid-19. Avec ses nombreux programmes éducatifs, la chaîne a démontré les derniers mois tout l’intérêt de son rôle en tant que service public. « En tant que chaîne publique de l’éducation et de la jeunesse, France 4 s’est révélée un instrument essentiel de soutien à la continuité pédagogique en cette période particulière, explique le communiqué de presse. Dans un contexte sanitaire qui demeure incertain, le report momentané de la fermeture d’une chaîne avec des programmes destinés à la jeunesse et pouvant servir de relais pédagogiques complémentaires, apparaît souhaitable ». Selon le ministère de la Culture, ce délai permettra donc d’assurer la transition avec le développement des offres jeunesse de France Télévisions, dont Okoo et Lumni.

De son côté, France Ô ne connaîtra malheureusement pas le même sort, et cessera d’être diffusée dans quelques semaines. Cet arrêt « permettra le passage en qualité HD des Outre-mer la 1ère et de Franceinfo dans l’hexagone, détaille le communiqué. Au-delà, la ministre de la Culture s’engage à poursuivre l’amélioration de la présence des Outre-mer au sein des offres de France Télévisions ». Le ministère précise que « cet arrêt ne donnera lieu à aucun licenciement ».