« Le Monde » : L’impression du quotidien bloquée ce lundi en Ile-de-France

PRESSE A la suite de la liquidation du distributeur Presstalis en mai, plusieurs zones ne sont plus livrées régulièrement en journaux, dont Lyon et Marseille

20 Minutes avec AFP

— 

Le journal «Le Monde» (illustration)
Le journal «Le Monde» (illustration) — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Une situation urgente. L’impression du quotidien Le Monde a été bloquée lundi en Ile-de-France à la suite d'une manifestation du syndicat du Livre-CGT, qui demande aux éditeurs et à l’Etat de relancer la distribution des journaux. A la suite de la liquidation du distributeur Presstalis en mai, plusieurs zones ne sont plus livrées régulièrement en journaux, dont Lyon et Marseille.

Une centaine d’ex-salariés de la SAD, la filiale de distribution liquidée de Presstalis, a manifesté lundi matin devant le siège parisien du Monde. Le patron du groupe, Louis Dreyfus, dirige également la coopérative des quotidiens, qui a repris une partie de Presstalis, devenue France Messagerie.

« Les éditeurs ont toujours tendance à laisser pourrir la situation »

Le SGLCE-CGT, qui n’a pas été reçu au journal, a annoncé que l’impression du Monde serait bloquée en Ile-de-France. « Les quotidiens nationaux ont la main sur le dossier », a souligné Didier Lourdez, secrétaire général du SGLCE-CGT. « On a apporté des solutions sur la distribution des quotidiens en province depuis un mois ».

A Marseille comme à Lyon, les ex-salariés pourraient bientôt ne plus avoir accès aux locaux, qui étaient loués par Presstalis, pour assurer la distribution de la presse. Ils regrettent que les deux distributeurs, France Messagerie et les MLP, ne s’entendent pas, et l’absence de l’Etat. « Les éditeurs ont toujours tendance à laisser pourrir la situation en laissant l’Etat intervenir », a souligné Guillaume Dumoulin, délégué syndical de la SAD. « A croire que l’Etat et les éditeurs n’ont qu’un seul objectif : l’élimination de la CGT dans ce secteur », a appuyé Didier Lourdez.