Coronavirus : Barbier, Praud, Pernaut… L’art de dire tout et n’importe quoi à la télé est-il accentué par la crise ?

MEDIAS Les éditorialistes et présentateurs ne cessent de donner leur opinion personnelle dans cette crise du coronavirus

Laure Beaudonnet

— 

Christophe Barbier, Jean-Pierre Pernaut et Pascal Praud. (montage)
Christophe Barbier, Jean-Pierre Pernaut et Pascal Praud. (montage) — SIPA
  • Christophe Barbier, Pascal Praud et Jean-Pierre Pernaut se sont fait remarquer ces dernières semaines pour leurs interventions dans les médias.
  • Entre coup de gueule et expression de leur opinion, les commentateurs médiatiques semblent sortir de leur rôle.
  • La crise du coronavirus plonge la société dans l’incertitude et pousse les éditorialistes à sortir de leur domaine de compétence.

Depuis le début de la crise du coronavirus, c’est le festival des avis à l’emporte-pièce sur les grandes chaînes d’information. Editorialistes et présentateurs viennent donner leur opinion sur la gestion de la crise sanitaire et le respect ou non du confinement par les Français, se présentant parfois plutôt comme des redresseurs de torts que comme des chroniqueurs.

Christophe Barbier, Pascal Praud ou Jean-Pierre Pernaut (pour ne citer qu’eux) se sont ainsi fait remarquer dans l’exercice, déjà bien installé avant la crise du coronavirus, sur les chaînes d’information en continu, de l’ultracrepidarianisme, à savoir le comportement qui consiste à donner son avis sur des sujets sur lesquels on n’a pas spécialement de compétence.

« Globalement les profs, à un moment, faut y aller ! »

Avant d’entrer dans le vif du sujet, voici un aperçu non exhaustif des remarques entendues sur le petit écran ces deux derniers mois. « Jusqu’où pour protéger la population on prend le risque d’une crise économique […] mais à un moment donné pour sauver quelques vies de personnes très âgées, on va mettre au chômage quelques milliers de gens ? », avait insisté Christophe Barbier sur le plateau de BFMTV le 25 février*. Jeudi dernier, l’ancien directeur de la rédaction de L’Express s’en est pris aux personnes en surpoids, suscitant un tollé en ligne**.

Pas mieux du côté de Pascal Praud, présentateur de l’émission très polémique L’Heure des Pros, sur CNews, qui exhorte les profs à se remettre au travail. « Quand j’entends les professeurs qui ne vont pas aider Macron le 11 mai, dire qu’ils ne veulent pas rentrer, parce que la sécurité, parce que le sanitaire, etc. : il y aura toujours de bonnes raisons pour ne pas rentrer. » Et d’ajouter : « Je ne vais pas me faire des amis en disant ça, mais globalement les profs, à un moment, faut y aller ! » Qu’est-il donc arrivé aux éditorialistes et présentateurs de journaux télévisés ces dernières semaines ?

« Traditionnellement, les éditorialistes venaient du journalisme politique, très articulé, avec un certain nombre de connaissances solides », observe le sociologue des médias Jean-Marie Charon. Historiquement, la France aime bien cette figure médiatique qui fait le lien entre différentes formes de savoirs et qui, pourquoi pas, serait capable d’en tirer une perspective politique, voire philosophique. La crise du coronavirus n’a pas réellement changé la donne, elle a surtout accentué l’effet pervers de l’information en continu qui a démultiplié les espaces de discussions et de débats pour remplir le vide.

L’effet pervers de l’info en continu

La crise met un coup de projecteur sur la façon de fonctionner de ces chaînes qui font appel à des éditorialistes, tels que Christophe Barbier, pour commenter tous les jours l’actualité, sans discrimination. « Par définition, ils ne sont spécialistes de rien. Aller au-delà de leur champ de compétence, c’est en quelque sorte dans le contrat moral qui les lie à leur chaîne », souligne le sociologue du numérique Baptiste Kotras. Mais ce n’est pas propre à la séquence d’actualité de ces derniers mois. « On pouvait déjà constater cette tendance à sortir de son domaine de compétence avant le coronavirus », reprend Jean-Marie Charon.

C’est particulièrement frappant depuis le début de la crise sanitaire car elle suppose de mobiliser des connaissances fortes, très éloignées de l’expertise des éditorialistes. « Elle les amène soit à répéter ce qui circule partout sans véritable valeur ajoutée, soit à exprimer des points de vue personnels, sans prendre conscience à quel point ce mode d’expression décrédibilise la fonction de journaliste », poursuit-il.

Le caractère particulièrement incertain de cette pandémie ne les aide pas. Pour l’heure, le corps médical découvre encore de nouveaux symptômes, n’est pas sûr de l’origine du virus ni des degrés de nocivité, et n’a pas encore trouvé de traitement… « L’Etat et les professionnels de santé sont plongés dans l’incertitude et les commentateurs médiatiques sont également pris dans une situation où ils doivent s’exprimer alors que personne ne sait rien de façon certaine », relève Baptiste Kotras. Leur rôle médiatique devient alors particulièrement risqué.

La fragilisation du téléspectateur

Et, de son côté, le téléspectateur, de plus en plus éduqué, est capable d’identifier les erreurs, ce qui peut créer de la défiance. « Les éditorialistes sont en train de défaire le travail de fact-checking mis en place par de nombreuses rédactions », déplore Jean-Marie Charon qui met en garde contre un système qui fragilise le public.

« Dans une société où les gens ont de moins en moins de ressources sociales collectives (religion, association, partis politiques), où les gens sont de plus en plus seuls face à la vie quotidienne, leur seule ressource, ce sont les médias. Si les médias se trompent et les trompent, ils les fragilisent », explique-t-il. De là à remettre en question la pertinence de l’éditorialiste sur un plateau, ce n’est pas dit. Avec des modèles économiques resserrés, les rédactions ont tendance à privilégier les bons clients, prêts, disponibles pour répondre sur tous les sujets. Au risque de dire tout et n’importe quoi.

* Des propos repris par la journaliste Adeline François qui a insisté : « Mais la vie n’a pas de prix ».

** Christophe Barbier a tenu à s’excuser le lendemain de son intervention. « J’ai cité comme personnes fragiles, en surpoids et continuant à travailler, deux interprètes en langue des signes de la direction générale de la Santé. Je voulais indiquer qu’elles étaient exemplaires mais je n’aurais pas dû les désigner ainsi et je leur présente volontiers mes plus plates excuses. Je suis leur obligé », a-t-il expliqué sur BFMTV.