« Playboy», victime collatérale du coronavirus

PRESSE A 66 ans, l’édition papier du célèbre magazine « Playboy » va disparaître aux Etats-Unis

A.D.

— 

Kate Moss en une de «Playboy» en 2014. Illustration
Kate Moss en une de «Playboy» en 2014. Illustration — RIGELHAUPT SAMUEL/SIPAUSA/SIPA

Le Covid-19 a fait une victime collatérale. A l’âge de 66 ans, l’édition papier du magazine Playboy va disparaître. « Alors que la perturbation par le coronavirus de la production de contenus et de la chaîne d’approvisionnement est apparue de plus en plus évidente, nous avons dû accélérer une conversation tenue en interne », a déclaré le patron de Playboy Enterprises, Ben Kohn, dans un billet de blog. Playboy continuera d’exister sur le Web.

Le numéro du printemps, actuellement en kiosque aux Etats-Unis, sera donc le dernier. Le magazine pourrait être maintenu dans certains pays, en raison d’accords de licence. Des licences qui constituent désormais l’essentiel des revenus de la marque.