Grand reportage : Un documentaire sur l’aciérie Ascoval remporte le Grand prix du Festival du Touquet

FESTIVAL Le Festival du grand reportage (Figra), qui se tenait au Touquet, a récompensé un documentaire sur le combat des ouvriers de l’aciérie Ascoval à Saint-Saulve, dans le Nord

G.D. avec AFP

— 

Extrait du documentaire «Le feu sacré» sur les ouvriers d'Ascoval à Saint-Saulve, dans le Nord.
Extrait du documentaire «Le feu sacré» sur les ouvriers d'Ascoval à Saint-Saulve, dans le Nord. — Eric Guéret / Bonne Pioche
  • Le documentaire Le feu sacré, consacré au combat des ouvriers de l’aciérie Ascoval pour sauver leur usine, a été récompensé au Festival du grand reportage (Figra).
  • Le festival, qui diffusait 75 documentaires et grands reportages d’actualité, a décerné plusieurs prix.

Les ouvriers de l’aciérie Ascoval à l’honneur. Le documentaire d'Eric Guéret, Le feu sacré, sur le combat, pour trouver un repreneur, des sidérurgistes de Saint-Saulve, dans le Nord, a remporté, samedi, le Grand Prix du 27e festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire de société (Figra).

Néanmoins, d’autres prix ont été décernés à l’occasion de ce festival, qui s’est tenu au Touquet, dans le Pas-de-Calais et qui diffusait 75 films. Le prix spécial du jury a été attribué à Mossoul, après la guerre, d’Anne Poiret, a indiqué dans un communiqué la direction du Figra.

Viols de religieuses, pêches électriques…

Marie-Pierre Raimbault et Éric Quintin ont remporté le prix Scam de l’investigation pour leur documentaire sur les viols de religieuses par des prêtres et les efforts déployés par le Vatican pour les camoufler, Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Eglise.

Le prix Reporters sans frontières a été décerné à Nuno Escudeiro pour La loi et la vallée, qui documente la situation migratoire dans la Roya à la frontière italienne dans les Alpes-Maritimes.

Le reportage sur la lutte contre la pêche électrique Watt the fish a remporté, pour sa part, le prix Arnaud Hamelin ; celui sur les puissances européennes qui continuent de vendre des armes à l’Arabie Saoudite, Crimes de guerre au Yémen, les complicités européennes, le prix du jury jeunes.

De la Côte d’Ivoire à Kaboul

Le prix du public a récompensé l’enquête sur La face cachée du cacao, de Paul Moreira. Le film raconte comment des enfants sont réduits à l’esclavage dans des forêts protégées de Côte d’Ivoire.

Dans la catégorie moins de 40 minutes, c’est le film de Laura Aguirre de Carcer, Les oubliés de Kaboul, sur le sort des travailleurs afghans recrutés par la France pendant la guerre, qui a remporté le grand prix.

On achève bien les gros, réalisé par Laurent Follea, Gabrielle Deydier et Valentine Oberti, a été doublement primé, avec le prix des activités sociales de l’énergie et le prix « autrement vu » du public.

Enfin, Retour à Kigali, une affaire française, de Jean-Christophe Klotz, a remporté le prix Terre(s) d’histoire.