Coronavirus : Des journalistes français en Italie appellent la France à « prendre la mesure du danger »

MEDIAS Les journalistes de médias français et francophones qui suivent la situation en Italie ont signé une tribune dans « Libération » jeudi

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du Coronavirus
Illustration du Coronavirus — /AP/SIPA

La France et l’Europe doivent tirer les leçons de la gestion du coronavirus par les autorités italiennes et « prendre la mesure du danger », mettent en garde dans une tribune les journalistes de médias français et francophones, qui suivent la situation dans la péninsule.

« Journalistes en Italie pour des médias français et francophones (…), nous avons pu constater la progression fulgurante de la maladie », écrivent les signataires, évoquant « la situation tragique dans les hôpitaux, les services de thérapie intensive saturés, le triage des patients, ceux – les plus faibles – que l’on sacrifie faute de respirateurs artificiels suffisants ».

« Un décalage spectaculaire »

« Par conséquent, nous considérons qu’il est de notre responsabilité d’adresser un message aux autorités publiques françaises et européennes pour qu’elles prennent enfin la mesure du danger », disent-ils, dans leur texte publié notamment sur le site de Libération par l’agence spécialisée sur le Vatican Imedia.

Ils estiment en outre qu’il existe « un décalage spectaculaire entre la situation à laquelle nous assistons quotidiennement dans la péninsule et le manque de préparation de l’opinion publique française à un scénario, admis par l’énorme majorité des experts scientifiques, de propagation importante, si ce n’est massive, du coronavirus ».

« Tirer les leçons de l’expérience italienne ».

« Souvent, les retours qui nous arrivent de France montrent qu’une grande partie de nos compatriotes n’a pas changé ses habitudes. Ils pensent qu’ils ne sont pas menacés, surtout lorsqu’ils sont jeunes. Or, l’Italie commence à avoir des cas critiques relevant de la réanimation dans la tranche d’âge 40-45 ans », préviennent ces correspondants français en Italie, qui travaillent notamment pour l’AFP, Radio France, France Télévisions, La Croix, Libération, France 24, Radio Vatican, Imedia, L’Opinion, RTS, Le Temps…

Et surtout, « certains Français n’ont pas conscience qu’en cas de pathologie grave, autre que le coronavirus, ils ne seront pas pris en charge correctement faute de places, comme c’est le cas en Italie depuis plusieurs jours », avertissent-ils, appelant la France à « tirer les leçons de l’expérience italienne ».