Béziers : L’émission de RMC « Les Grandes gueules » interrompue par des manifestants

RADIO Les manifestants ont débranché le car régie, selon RMC

N.B.

— 

Alain Marschall et Olivier Truchot
Alain Marschall et Olivier Truchot — Jacques BENAROCH/SIPA

L’émission Les Grandes gueules a été interrompue par des manifestants, ce vendredi matin, à Béziers. « Chers auditeurs et chers téléspectateurs, mille excuses. Une manifestation est en cours à Béziers. Des manifestants ont débranché notre car régie. Nous sommes obligés de stopper l’émission », a publié l’équipe de l’émission phare de RMC, délocalisée dans les halles de la sous-préfecture de l’Hérault.

« En raison des agissements d’une cinquantaine de personnes, de tentatives d’intrusion sur le plateau et de la mise en danger de nos équipes techniques et du matériel », le talk-show de RMC a été brutalement interrompu, peu après 10 h, indique l’émission.

« Ils ont demandé à prendre la parole »

« Les manifestants étaient dehors, ils ont commencé à taper sur les vitres, à utiliser des cornes de brume, rien de bien méchant, raconte à 20 Minutes Mathis, un étudiant en journalisme qui assistait à l’émission. Ils ont débranché la régie, ça a coupé l’antenne. »

Les manifestants, devant le lieu où se trouvait l'émission Les Grandes Gueules
Les manifestants, devant le lieu où se trouvait l'émission Les Grandes Gueules - Antoine Caupert

« On connaît la situation sociale du moment et quand on a commencé l’émission ici, à Béziers, un groupe de manifestants est arrivé, explique Alain Marschall, l'un des animateurs de l’émission, à BFM TV.​ C’était plutôt bon enfant. Ils ont demandé à prendre la parole. Seulement, prendre la parole sur un coup de force, ça ne se fait pas. On a proposé à ce que l’un d’entre eux viennent en fin d’émission prendre la parole mais visiblement, ça ne suffisait pas donc la manifestation s’est intensifiée. »

« Bienvenue à Béziers », a ironisé de son côté sur Twitter la section CGT du groupe NextRadioTV, propriétaire de RMC. « Quand les Grandes gueules de RMC refusent de donner la parole aux grévistes, ils la prennent », a écrit Nicolas Cossange, un élu PCF de la région, en publiant une vidéo de la manifestation. L’émission n’a pas repris.