Grève à Radio France : Les voeux de Sibyle Veil ont été interrompus par le choeur de la radio

VA PENSIERO Le chœur de Radio France a chanté « Le chœur des Esclaves » de l'opéra de Verdi « Nabucco », souvent utilisé comme un chant de résistance

M. Lo.

— 

Sibyle Veil a fait face à de la contestation.
Sibyle Veil a fait face à de la contestation. — THOMAS SAMSON / AFP

Ce début d’année s’annonce compliqué pour Sibyle Veil. Alors qu’elle présentait ses vœux à ses salariés, la patronne de Radio France a été interrompue dans son discours par le choeur du groupe.

Sibyle Veil présentait ses vœux dans le studio 104 de la Maison de la Radio. Dans une vidéo relayée par le compte de la CGT Radio France, on la voit accueillie par des sifflets et des rires, et des vuvuzelas se font entendre. La PDG de Radio France propose aux personnes qui le souhaitent de s’exprimer, en s’adressant particulièrement aux choristes du chœur, mais personne ne réagit.

« Chœur des esclaves »

Elle entame donc ses vœux, revenant sur le contexte compliqué et annonçant « plusieurs choses importantes à vous dire ». « 2019 a été une année de grande fierté, mais aussi de grandes inquiétudes », déclare-t-elle, avant d’être interrompue par le chœur.

Les choristes de Radio France entonnent « Va, pensiero » («Va, pensée »), ou « chœur des esclaves ». Au 3e quatrain, un grand nombre de salariés du groupe assis dans l’amphithéâtre se lèvent et reprennent l’air avec le chœur.

Cet air est issu de l’opéra Nabucco de Verdi, créé en 1842 à Milan, qui raconte l’épisode biblique de l’esclavage des Juifs à Babylone, sous le roi Nabuchodonosor. Lors de sa création, les Milanais alors sous occupation autrichienne s’identifiaient au chant des Hébreux prisonniers. L’air est souvent repris dans des contextes de mobilisation. Il a d’ailleurs été interprété par les chanteurs de l’Opéra de Paris dans le cadre des manifestations contre la réforme des retraites.

« Sibyle, ton plan on n’en veut pas »

L’intervention du chœur de Radio France a été suivie d’applaudissements par des applaudissements. Des personnes sont ensuite montées sur scène avec des affiches sur lesquelles était écrit « Quand tout sera privé, vous serez privés de tout », et la salle a scandé « Sibyle, ton plan on n’en veut pas », a raconté le SNJ Radio France sur Twitter.

« Ce n’est pas respectueux pour ceux qui étaient venus entendre les messages que j’avais à annoncer », a réagi Sibyle Veil, avant de demander aux manifestants de « partir ». Elle a finalement annulé la cérémonie après 30 minutes sur scène.

Sibyle Veil était au courant

« Quand on change de PDG tous les trois ans et de DRH tous les ans, personne n’a d’expérience de la Maison et la direction commet donc ce genre d’erreur : monter sur scène en plein conflit social, quand on n’a pas donné de ses nouvelles depuis trois semaines. Quelle bonne idée ! », a commenté le SNJ Radio France sur Twitter.

Sibyle Veil « était au courant que la cérémonie serait perturbée par le chœur, mais elle a décidé d’y aller quand même. Et en préambule, elle a proposé à ceux qui le souhaitaient de s’exprimer », a déclaré un porte-parole de la PDG au Parisien.

299 postes supprimés

Sibyle Veil a envoyé dans l’après-midi un e-mail aux salariés de Radio France, relayé par France info. « 2019 a été une année de contrastes, à la fois celle des très grandes fiertés et celle des inquiétudes. » La présidente a notamment raconté que le gouvernement veut créer « une holding de l’audiovisuel public, France Médias, dans le projet de loi sur l’audiovisuel qui sera débattu au deuxième trimestre 2020 au Parlement ». « En 2020, nous devons retrouver de la confiance pour rendre notre service public de la radio encore plus fort dans une société qui en a plus que jamais besoin », a dit Sibyle Veil à ses collaborateurs.

Le plan de la direction de Radio France, qui vise à faire 60 millions d’euros d’économie d’ici à 2022, prévoit de supprimer 299 postes supprimés. Le chœur est particulièrement touché, puisqu’il doit perdre 33 postes, passant de 93 à 60 choristes.