Discours d'Eric Zemmour sur LCI: Le CSA a «fermement mis en garde» la chaîne info

MEDIAS Le CSA annonce ce jeudi avoir transmis les éléments en sa possession pouvant être utiles à l’enquête ouverte pour « provocation publique à la haine » concernant le discours d’Eric Zemmour à la « Convention de la droite »

F.R. avec AFP

— 

Le 28 septembre 2019, Eric Zemmour a fait un discours lors de la Convention de la droite, à Paris.
Le 28 septembre 2019, Eric Zemmour a fait un discours lors de la Convention de la droite, à Paris. — Sameer Al-Doumy / AFP

Le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) a reçu quelque 400 saisines (plaintes) de téléspectateurs au sujet de cette séquence. Le samedi 28 septembre, LCI a retransmis en direct le discours d’ Eric Zemmour à la « Convention de la droite » organisée à Paris par les proches de l’ex-députée d’extrême droite, Marion Maréchal. Au cours de son intervention virulente, le polémiste s’en est pris, entre autres, aux immigrés « colonisateurs » et à « l’islamisation de la rue ». « Tous nos problèmes aggravés par l’immigration sont aggravés par l’islam », a-t-il affirmé.

Ce jeudi, le CSA annonce dans un communiqué que « la responsabilité de l’auteur des propos pouvant être engagée au titre de la loi de 1881 sur la liberté de la presse », il a transmis au procureur de la République de Paris, « les éléments en sa possession, en particulier les saisines pouvant être utiles à l’enquête ouverte pour « injures publiques » et "provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence" ».

« La responsabilité des médias audiovisuels »

Le gendarme de l’audiovisuel ajoute avoir « fermement mis en garde LCI contre le renouvellement de manquements aux dispositions de sa convention visant « à ne pas encourager des comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion, ou de la nationalité […] », et à conserver « en toutes circonstances la maîtrise de son antenne ». Le CSA déplore que « le format de l’émission (…) [n’ait] permis ni de mettre en contexte de façon appropriée les propos tenus, ni d’apporter une contradiction adéquate ».

Le CSA a poursuivi son communiqué en appelant « à la responsabilité des médias audiovisuels ». Et de conclure : « La liberté d’expression, y compris sous des formes polémiques, tout comme la liberté éditoriale, ne saurait justifier la diffusion de propos susceptibles d’inciter à la haine ou aux discriminations. »