Des journalistes refusés à une réunion avec Marion Maréchal car «agressifs et dénigrants»

POLITIQUE Il leur est reproché d’avoir « maltraité certains des organisateurs », de n’avoir « jamais pensé qu’à nuire » et d’être « rusés comme le serpent »

20 Minutes avec AFP

— 

Marion Maréchal à Lyon, le 22 juin 2018.
Marion Maréchal à Lyon, le 22 juin 2018. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Les journalistes des quotidiens Libération et L’Opinion ainsi que de l’hebdomadaire L’Express ont été privés d’accréditation pour couvrir la « convention de la droite » organisée par des proches de Marion Maréchal parce que jugés « agressifs et dénigrants » à leur égard, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Ces journalistes n’ont pas reçu d’accréditation « pour des raisons de personnes, rien à voir avec leurs médias respectifs », a expliqué l’un des organisateurs de l’événement, Jacques de Guillebon, rédacteur en chef du mensuel L’Incorrect.

Ces journalistes « ont été systématiquement agressifs et dénigrants à notre sujet, pour certains en trahissant leur parole parfois. Nous avons donc jugé inopportun de les inviter pour qu’une fois encore ils nous maltraitent comme à l’habitude », a ajouté Jacques de Guillebon, par ailleurs coprésident du conseil scientifique de l’école de sciences politiques fondée à Lyon par l’ancienne députée Front national (devenu Rassemblement national) Marion Maréchal. « Nous ne sommes pas masochistes et ce sont des choses qui relèvent en rien de la liberté d’informer », selon lui.

Des journalistes « rusées comme le serpent »

L’ancienne élue du Vaucluse est l’invitée vedette de cette « convention » qui vise à préparer « l’alternative » à Emmanuel Macron. Selon des échanges de messages électroniques que l’AFP s’est procurés, Jacques de Guillebon reproche au journaliste de Libération d’avoir « maltraité certains des organisateurs » et explique que les deux autres journalistes « n’ont jamais pensé qu’à nous nuire » et sont « rusées comme le serpent ». Quant aux autres journalistes accrédités, ils sont « plus sympathiques avec nous », estime-t-il.

Le journaliste de l’émission Quotidien de la chaîne TMC n’a pas non plus reçu d’accréditation parce que « c’est juste du divertissement », selon l’organisateur. Mais la journaliste de Mediapart a été accréditée. Ces deux médias sont interdits d’assister aux événements du Rassemblement national depuis 2012.

Lundi, le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a indiqué sur son blog que Quotidien ne se verrait plus attribuer d’accréditation pour ses événements, accusant l’émission d’avoir permis le procès qu’il juge « politique » qui s’est déroulé jeudi et vendredi. Le RN avait temporairement retiré son accréditation à Libération lors de son université d’été à Fréjus mi-septembre, avant de se raviser après des protestations.