Perquisition à La France insoumise: 212.000 vues en moins de 24 heures pour l'intégralité des images

POLITIQUE En l'espace de dix-neuf heures, le compteur sur YouTube avait dépassé les 128.000 vues, et les images ont aussi été diffusées sur Cnews

Fabien Randanne

— 

« La République, c’est moi ! », a clamé Jean-Luc Mélenchon face à un policier lors de la perquisition du siège de La France insoumise, le 18 octobre 2018.
« La République, c’est moi ! », a clamé Jean-Luc Mélenchon face à un policier lors de la perquisition du siège de La France insoumise, le 18 octobre 2018. — Capture d'écran Quotidien

C’est la perquisition la plus regardée de toute l’histoire de France. L’intégralité des rushes tournés par l’équipe de Quotidien lors de la perquisition du siège de La France insoumise le 18 octobre dernier ont été visionnés par plus de 213.000 personnes depuis leur mise en ligne.

Le compteur de vues de la vidéo publiée sur YouTube mercredi à 18h avait atteint les 128.176 ce jeudi à 13h10. Impossible de savoir si les internautes ont regardé le plan séquence de bout en bout où s’ils ont fait avance rapide sur certains passages. Les 40 minutes d’images ont aussi été diffusées à 21h sur Cnews et ont captivé en moyenne 85.000 personnes, a indiqué Julien Bellver, journaliste médias de Quotidien sur Twitter. La chaîne info du groupe Canal+ est derrière BFMTV sur ce créneau horaire (98.000 téléspectateurs et téléspectatrices) mais elle devance ses deux autres concurrentes LCI (42.000) et Franceinfo (18.000).

La France insoumise a fait son propre montage

La rédaction de Quotidien avait annoncé mardi qu’elle mettrait en ligne l’intégralité des images tournées lors de la perquisition des locaux de La France insoumise (LFI) en réaction aux accusations d’Alexis Corbière. Le porte-parole du parti de gauche avait reproché au talk-show de TMC d’avoir diffusé un reportage « politique » ayant nui à LFI dans les urnes.

Ironie de l’histoire, ce jeudi, le parti de Jean-Luc Mélenchon a publié… un montage des images tournées par les journalistes de Quotidien. « On y voit que jamais nous ne nous sommes opposés à la perquisition », avance un tweet présentant deux minutes de séquences sélectionnées afin d’appuyer cette affirmation.