Les salariés de RTL inquiets pour l'avenir de leur radio après une série de bouleversements

RADIO A quelques semaines de la fin de la saison, une réorganisation de la station inquiète ses membres. 

C.Bo.

— 

Illustration RTL.
Illustration RTL. — RTL-GOUHIER/RTL/SIPA

Des départs et des réorganisations… Les salariés de RTL sont, depuis plusieurs semaines, inquiets pour l’avenir de leur radio, révèle Le Parisien ce dimanche. Certains craignent notamment une mainmise de M6, propriétaire de RTL, en particulier après l’annonce qu’Elizabeth Martichoux, cheffe du service politique de la station, ne s’occupera plus de l’interview politique de la matinale.

« Élizabeth est la référence absolue sur la politique. Mais on veut élargir le panel d’invités de 7h50 à des chercheurs, des philosophes… Je veux quelqu’un qui a davantage cette diversité-là », a expliqué au quotidien Jacques Esnous, directeur de l’information de RTL.

« La M6-sation de RTL est une réalité »

Du côté de certains salariés, l’explication semble tout autre. « La M6-sation de RTL est une réalité. L’affaire Martichoux fait resurgir ces craintes. Nicolas de Tavernost a du mal à comprendre qu’une radio généraliste, qui fait de l’actualité en direct toute la journée, ne fonctionne pas comme M6 qui réalise deux JT par jour », a affirmé une voix de l’antenne au Parisien.

Cette réorganisation de la matinale intervient quelques semaines seulement après le départ surprise du patron de la station Christopher Baldelli, qui y officiait depuis dix ans. Un départ qui s’ajoute à ceux des journalistes Marc-Olivier Fogiel et Alain Duhamel pour la chaîne BFMTV. La rentrée approchant à grands pas, de nouveaux bouleversements pourraient intervenir, alors que les audiences en baisse lui ont fait perdre la place de radio la plus écoutée de France.