France Bleu appelle à une grève contre les matinales diffusées sur France 3

MOBILISATION La direction parle d’une expérimentation au bilan positif, les syndicats d’un passage en force

20 Minutes avec AFP

— 

France 3 Alsace. (Illustration)
France 3 Alsace. (Illustration) — G . VARELA / 20 MINUTES

Cinq syndicats de Radio France ont appelé à une grève sur le réseau de France Bleu, mercredi 29 mai, liée au projet de diffusion simultanée par France 3 des matinales d’infos des quarante-quatre stations locales de la radio ​de proximité. Dans un communiqué publié jeudi, la CFDT, la CGT, Sud et l’UNSA appellent « l’ensemble des salariés de France Bleu à cesser le travail pour une durée de 24 heures ». Il s’agit, expliquent-ils, d’obtenir la suspension par la direction de Radio France d’un projet de généralisation de la diffusion des matinales produites par les 44 stations locales de France Bleu, sur les différentes antennes régionales de France 3.

Une expérimentation menée en Paca et Occitanie

Le SNJ avait auparavant déjà appelé à un tel mouvement, estimant qu'« au-delà de la question des matinales filmées, se joue l’avenir de France Bleu ». « La direction assure que nous garderons la main sur l’éditorial, face à France 3. Mais comment la croire, alors que France Info la radio s’est pliée à l’immense majorité des exigences de France Télévisions ? », s’interroge notamment ce syndicat.

Le projet a été annoncé début mai par Radio France et France Télévisions, à la suite d’une expérimentation menée depuis le début de l’année dans deux régions (Paca et Occitanie), dont les deux groupes publics ont tiré un « bilan positif ». Mais plusieurs syndicats des deux groupes sont très remontés contre ce projet. Côté France Télévisions, sans critiquer la qualité des émissions de France Bleu au niveau journalistique et radiophonique, certains estiment que l’expérimentation a donné des résultats catastrophiques au niveau télévisuel.

Un passage en force pour les syndicats

De leur côté, la CFDT, la CGT, Sud et l’UNSA de Radio France critiquent surtout la méthode employée pour mettre en œuvre cette généralisation, dénonçant un « passage en force ». Selon eux, l’expérimentation a donné lieu à des « dysfonctionnements » et ils réclament un « bilan objectif » suivi de « réelles négociations ». La direction de France Bleu a défendu ce projet, tout en se disant ouverte aux discussions.

« A l’issue d’une période d’expérimentation, France Télévisions et Radio France se sont engagées dans la généralisation des matinales de France Bleu diffusées sur France 3. C’est la possibilité pour France Bleu d’élargir l’empreinte de sa promesse éditoriale sur l’ensemble des grands médias, de la radio vers la télévision, en passant par le numérique, a déclaré Jean-Emmanuel Casalta, le directeur de France Bleu. On prend acte de ces préavis qui soulignent le besoin de dialogue, que nous partageons puisque nous avons proposé depuis déjà quelques jours une série de rencontres et discussions aux organisations syndicales, dont la première est prévue le 7 juin. »