«C'est de la diffamation»... Hugo Clément répond aux accusations de harcèlement

MEDIAS Accusé d’avoir harcelé Nassira El Moaddem durant leurs études en école de journalisme, Hugo Clément s’est défendu jeudi dans « C à Vous »

F.R.

— 

Le journaliste Hugo Clément.
Le journaliste Hugo Clément. — CHRISTOPHE CHEVALIN

Il ne présentera pas d’excuses. « Je m’excuse quand j’ai fait une faute. Il n’y a pas eu de faute », a déclaré Hugo Clément dans C à Vous sur France 5 jeudi. Le journaliste de Konbini est accusé de harcèlement par Nassira El Moaddem, une de ses camarades de l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille. Les faits remonteraient aux années 2010 à 2012.

« Trois étudiants de ma promotion, de mon groupe de télévision, qui à deux reprises se sont fait passer au téléphone pour les ressources humaines de Radio France me faisant miroiter un recrutement et propageaient des rumeurs à mon encontre au sein de l’école : je cherchais à voler la place d’autres étudiants dans des médias, je mentais sur mon CV, j’étais ambitieuse au point de vouloir écraser les autres », a écrit la jeune femme, ex-directrice du Bondy Blog, dans un texte publié sur Medium la semaine passée, nommant notamment Hugo Clément et Martin Weill.

« Un règlement de comptes entre étudiants qui ne s’entendaient pas »

« Ces mêmes étudiants "s’amusaient" également à diffuser sur les ordinateurs de l’école le clip La Zoubida avant nos cours de télévision (j’étais la seule étudiante d’origine arabe dans le groupe) et l’un d’entre eux, délégué des élèves de notre promotion, prenait un plaisir à me surnommer "Saddam" », ajoute Nassira El Moaddem, sans donner de nom.

« C’est un règlement de compte entre étudiants qui ne s’entendaient pas – et qui ne s’entendent toujours pas aujourd’hui, a répondu Hugo Clément sur le plateau de C à Vous. On essaie de faire passer une blague téléphonique pour du harcèlement, ce qui est scandaleux. (…) C’est de la diffamation. »

Nassira El Moaddem « demande un droit de réponse »

Le journaliste, passé par Le Petit journal et Quotidien, a affirmé qu’à l’époque, il avait été convoqué par la direction de l’ESJ et s’était excusé.

Nassira El Moaddem a réagi à cette séquence sur Twitter : « Ce que Hugo Clément qualifie de "blague" est bien un harcèlement comme l’affirme le directeur de l’ESJ de l’époque. Quant aux intimidations de poursuites judiciaires, elles ne me feront pas taire Je demande un droit de réponse. »

Marc Capelle, qui était le directeur de l’ESJ Lille au moment où se sont déroulés les faits évoqués, a livré sa version dans une lettre ouverte. « Dans un [mail], j’avais fait savoir à [Nassira El Moaddem] qu’elle avait été victime d’une plaisanterie d’un goût fort douteux. C’est aussi ce qu’elle me reproche aujourd’hui : j’aurais dû employer le terme de harcèlement. Sur ce point, je suis d’accord », a-t-il écrit.